Grosjean met une volée à Monfils

TENNIS Quand l'ancien s'indigne du traitement de faveur dont bénéficie le jeunot...

R.S.

— 

Gaël Monfils à terre lors de son match face à Rafael Nadal, à Rotterdam, le 14 février 2009.
Gaël Monfils à terre lors de son match face à Rafael Nadal, à Rotterdam, le 14 février 2009. — REUTERS/M. Kooren

Sur les courts de tennis, Sébastien Grosjean se fait de plus en plus discret depuis quelques mois. Mais, même s'il soigne actuellement son épaule, il cherche toujours à occuper le terrain. En tant que consultant télé, lors de la désillusion des Bleus en République Tchèque il y a dix jours, ou comme simple observateur pour la presse. Dans les colonnes d’«Aujourd’hui Sport», il s’attaque mercredi à Gaël Monfils. Un joueur qui selon lui, bénéficie d’un traitement injustifié de la part de la fédération française.

«Ce n’est pas le rôle de la fédération de payer un entraîneur privé à un joueur qui gagne déjà bien sa vie. Je trouve choquant de filer de l’argent à un joueur totalement indépendant et à son agent.» En clair, le Marseillais reproche à Monfils de toucher une bourse (entre 200.000 et 300.000 euros selon le quotidien), de la part d’une organisation dont il est totalement détaché.

«Moi, je payais tout»

Il dénonce également le fonctionnement du «Team France», une structure de la FFT créée en 2008 par Patrice Dominguez, qui regroupe plusieurs purs produits de la filière fédérale, comme Jo-Wilfried Tsonga ou Gilles Simon. Dans ce cadre, la présence de Gaël Monfils, qui arpente le circuit avec un coach (Roger Rasheed) et un agent (Ion Tiriac) privés, ne lui semble pas très justifiée.

«On lui donne une grosse bourse juste pour dire, il est à la fédé, s’indigne Grosjean. Peu importe s’il s’en fiche complètement. Moi, quand j’étais avec Thierry Tulasne, je payais absolument tout: son salaire, les charges et les frais de déplacement.» De la part d'un ancien, ça ressemble presque à une crise de jalousie.