France-Suisse : Un supporteur présent en tribune raconte la colère de Véronique Rabiot

FOOTBALL Au culot, Walid s'est retrouvé dans le carré des familles de joueurs et a vécu la brouille de l'intérieur

X. R.
— 
Véronique Rabiot, au Parc des Princes, en 2015.
Véronique Rabiot, au Parc des Princes, en 2015. — FRANCK FIFE / AFP
  • Un auditeur de RMC relate la colère de Véronique Rabiot, qu’il a vécue au plus près.
  • « Vous pensez que c’est un grand joueur, mais en fait, c’est un enfant qui pense être un grand joueur », a lancé la mère d’Adrien à la cantonade, en parlant de Kylian Mbappé.
  • « Tout le monde la regardait en mode choqué », affirme le témoin de la scène.

Au moment de prendre ses billets pour France-Suisse, Walid ne s’attendait sûrement pas à vivre un tel match. Et surtout pas un tel après-match. Fidèle auditeur de nos confrères de RMC, le supporteur raconte dans l’After Foot la drôle de soirée qu’il a vécu, au plus près des familles de joueurs. Titulaire à l’origine d’un billet pour une place proche du poteau de corner, il s’est installé au culot dans une zone plus près du milieu de terrain… avant de voir débarquer les familles de joueurs.

Comme personne ne lui demande de partir, il reste là tout le match, « juste derrière Véronique Rabiot », et papote même tactique avec Mathias Pogba. « On parlait un peu du 3-5-2. On n’était pas d’accord sur ça, mais c’était vraiment axé dessus. » Pas un mot sur le niveau de Rabiot donc, contrairement à ce qu’aurait ensuite reproché Véro. Selon Walid, la scène a vraiment commencé après le tir au but raté de Mbappé.

« Vous pensez que c’est un grand joueur, mais c’est un enfant »

« À ce moment-là, Mme Rabiot se lève et parle au père de Kylian Mbappé. On tend l’oreille, mais on n’entend pas », explique l’auditeur. Le père de l’attaquant des Bleus ne réagissant pas, la mère en colère se retourne et prend Walid et son frère à partie : « Je viens de parler à M. Mbappé et je lui ai dit qu’il faudrait qu’il recadre son fils. » La discussion qui suit est lunaire. En total désaccord avec les propos de Véronique Rabiot, Walid explique que lui-même a joué 15 ans au foot, et que rater des pénos « ça arrive même aux grands joueurs ».

Maman Rabiot ne se démonte pas, et lance avec un doigt accusateur : « C’est là où vous vous trompez. Vous pensez que c’est un grand joueur, mais en fait, c’est un enfant qui pense être un grand joueur. » Ambiance. L’esclandre ne va pas beaucoup plus loin, et dure « cinq minutes, pas plus » selon Walid. Véronique Rabiot serait la seule à s’être emportée, dans une « attitude un peu déplacée ». « Tout le monde la regardait en mode choqué », ajoute Walid. Des années après l’affaire de la prolongation au PSG, Véronique Rabiot semble toujours déterminée à nuire à la réputation de son fils.