Turquie – Italie Euro 2021 : Les Italiens en démonstration pour l'ouverture à Rome, les Turcs ont sombré... Revivez ce match en direct

FOOTBALL Turcs et Italiens ouvrent le bal de l’Euro, ce vendredi soir à Rome

Nicolas Stival

— 

Les Italiens ont largement dominé les Turcs en ouverture de l'Euro, ce vendredi à Rome.
Les Italiens ont largement dominé les Turcs en ouverture de l'Euro, ce vendredi à Rome. — Alessandra Tarantino / AP / Sipa

Les Italiens ont mis le temps mais ils ont logiquement torpillé des Turcs hors sujet pour cette ouverture de la compétition à Rome. Les coéquipiers de Burak Yilmaz, qui ont encore une fois très mal démarré un Euro, devront se ressaisir dès mercredi prochain à Bakou face au Pays de Galles. Les hommes de Roberto Mancini retrouveront le Stade Olympique le même jour contre la Suisse. Sur ce, je vous souhaite une bonne soirée et vous conseille ardemment le live de l'incroyable match entre Djoko et Nadal. J'y fonce en tout cas !

22h51: C'EST FINI !

90e: Le deuxième avertissement est venu dans la foulée pour Dervisoglu. Un beau tacle de desperado sur Barella.

88e: Le défenseur central turc Söyuncu, complètement hors sujet ce soir, prend un carton jaune. Le premier du match, à deux minutes de la fin...

85e: Berardi s'est fait mal à une cheville et Bernadeschi le remplace. A surveiller quand même, la blessure du milieu de Sassuolo. A noter que l'Italie doit être l'équipe la plus tatouée de l'Euro.

83e: Je sens que des Français vont se trouver des ancêtres transalpins d'ici le 11 juillet.

81e: Dans la foulée, les buteurs Immobile et Insigne laissent leur place à Chiesa et Belotti. Avec un grand sourire forcément.

79e: Cela tourne à la correction là. Sur une très mauvaise relance de Cakur, ça va très vite entre quatre Italiens. Immobile décale Insigne qui plante d'un amour d'un intérieur du droit le troisième but. 

76e: Et encore Karaman. Cette fois-ci, c'est pour quitter le terrain, et laisser la place à Dervisoglu, le jeune attaquant de Galatasaray.

75e: C'était presque une occasion pour Karaman. Mais finalement, Donnarumma a le temps de se relever, de remettre ses gants et de capter le ballon.

73e: On tourne au milieu en Italie. Cristante, de la Roma, remplace Locatelli, de Sassuolo.

70e: Les Turcs tentent de réagir. Mais franchement, quelle déception ce soir...

66e: BUT !!! Le deuxième de l'Italie. Chez lui à Rome, le Laziale Immobile profite d'une frappe de l'omniprésent Spinazolla repoussée par Çakir pour enfoncer la Turquie.

64e: Allez, on tourne côté turc. Tufan et Yokuslu sortent, Ayhan et Kahveci rentrent.

61e: Je ne sais pas si le ballon est en granit ou en fonte mais les joueurs ont un mal fou à le lever.

58e: Frappe de Locatelli. Elle n'est pas bien forte mais placée et Çakir la détourne en corner.

57e: Et Tufan qui perd un ballon de U13 au milieu. Incroyable comme les hommes de Gunes n'y sont pas ce soir.

54e: ON ETAIT TOUT PROCHE DU 2-0. Mais la frappe de l'intenable Spinazzola est repoussée par Çakir. Les Turcs sont en apnée.

53e: BUUUUUUT pour l'Italie.... Et le premier but de cet Euro est un csc de Demiral. Le défenseur central de la Juve propulse du bide un centre très puissant de Barella côté droit.

51e: Ünder apporte du punch depuis la mi-temps. Le remplaçant turc oblige même Donnarumma à se coucher, alors que le gardien italien aurait pu faire du télétravail jusque-là.

47e: Je ne sais pas quel est l'équivalent italien du corner à la rémoise. A la bergamasque ? A la pisane ? En tout cas, c'est stérile où que ce soit.

46e: ON REPART... Faut avouer que le Lillois et le Parisien n'ont pas vraiment brillé en première période.

22h01: La Ligue 1 perd deux éléments avant cette deuxième mi-temps. Côté turc, Yazici est remplacé par Under. Chez les Italiens, Florenzi sort et laisse la place à Di Lorenzo. 

21h50: Petite pause et on se retrouve dans quelques minutes. Amitiés sportives. 

21h47: MI-TEMPS A ROME. L'Italie surclasse la Turquie dans le jeu, mais sans se montrer vraiment dangereuse, à l'exception d'une tête de son capitaine Giorgio Chiellini bien déviée par le gardien turc Çakir.

45e: Main de Çelik dans la surface sur un centre de Spinazzola... L'arbitre M. Makkelle ne bronche pas. Et le VAR, tranquillement installé à Nyon, en Suisse, ne trouve rien à redire non plus.

43e: Oh le plongeon de Yilmaz dans la surface devant Chiellini !!! Il n'y a strictement rien et d'ailleurs, le Kral ne réclame rien.

41e: L'instant stats. L'Italie n'a perdu qu'un seul match d'ouverture lors des huit Euros auxquels elle a participé depuis 1980 (3-0 contre les Pays-Bas en 2008). La Turquie a perdu tous ses premiers matchs sans cette compétition, soit quatre.

39e: Très actif Spinazzola sur le flanc gauche. Le latéral de la Roma joue carrément ailier ce soir.

35e: Fin de chômage partiel pour Donnarumma. Le futur (?) gardien du PSG boxe un centre de Yilmaz.

33e: Ciro Immobile et son tatouage de Nolwenn Leroy (enfin, je crois) sur l'avant-bras droit place une tête juste à côté. Curieux contraste entre l'emprise des Italiens sur ce match et leur faible nomble de véritables occasions.

32e: Plus de hors-jeu que de ballons touchés par Burak Yilmaz pour l'instant. Pas facile pour un avant-centre quand son équipe n'en pique pas une.

30e: La minute Barella. Bousculé par Yazici dans la surface (sans conséquence), le milieu de l'Inter place une mine de 25 mètres dix secondes après. Dans le ciel de la Ville éternelle.

28e: Les Italiens font quand même pas mal d'erreurs de transmissions. Le Parisien Florenzi par exemple.

26e: Voilà, c'est tout à fait ça.

 

22e: L'ARRET DE ÇAKIR. Absolument seul sur un corner, Papy Chiellini place une tête que le portier turc claque avec classe. C'est la plus grosse occasion pour l'instant.

21e: Immobile s’amuse dans le cœur du jeu. Les Turcs sont chloroformés.

17e: INSIGNE !!!! A côté. Le tatoué de Naples ouvre beaucoup, beaucoup trop son pied et expédie le ballon dans le Tibre.

14e: Pour l'instant, les Turcs n'arrivent pas à se faire deux passes...

10e: Oh la talonnade prévisible d'Insigne. Elle n'était pas téléphonée, elle était faxée.

8e: Tiens, une attaque turque enfin. Le Ch'ti Yazici était à l'origine du mouvement, qui n'a rien donné.

4e: Pour l'instant, ça balance façon Fonsorbes - Bretenoux/Biars en DH dans les années 90.

3e: LA PREMIERE OCCASOUNETTE EST ITALIENNE. Berardi sprinte façon Ronald Pognon côté droit pour centrer. Immobile reprend à côté.

1re: Des chants, des sifflets, la vie quoi... Mais qu'est-ce que ça fait du bien après un an d'ambiances monacales !!!

21h: JE DECLARE L'EURO 2021 OUVERT. Les Italiens donnent le coup d'envoi.

21h: JE SUIS CHAUD COMME LA BRAISE. J'ai Week-end à Rome d'Etienne Daho dans la tête depuis ce matin.

20h58: Officiellement, il y a 16.000 chanceuses et chanceux au Stade Olympique. Dont une majorité d'Italiens bien sûr.

20h54: L'UEFA avait annoncé une cérémonie d'ouverture courte, elle a tenu parole. Ce n'est pas plus mal, on va pouvoir entrer dans le vif du sujet avec les hymnes turc puis italien.

20h51 : Le style et le titre sont forcément consensuels, vu l’événement : « We are the people ». En même temps, on ne s’attendait pas à du black metal.

20h49: La chanson officielle maintenant, avec le DJ Martin Garrix mais aussi U2. Enfin, juste The Edge (en présentiel) et Bono (façon génie d'Aladin). 

20h44: Andrea Bocelli maintenant. Bon, vu le ton de la soirée, pas sûr que l'on voit les Måneskin, les vainqueurs italiens de l'Eurovision.

20h42: Alors là, j'aime beaucoup moins. Les effets spéciaux pour simuler des ballons qui sortent de sous la pelouse, je faisais les mêmes il y a 30 ans sur mon Thomson TO8.

20h41: Et c'est parti pour la pyrotechnie. On danse, y a des gens accrochés à des filins qui montent et qui descendent en jouant du tambour. Sympa. En même temps, je suis tellement bon public que même un spectacle de Guignol me ferait plaisir. 

20h38: La cérémonie d'ouverture Messieurs-dames. On a vu les légendes romaines Totti et Nesta. Maintenant, c'est le Guillaume Tell de Rossini qui retentit avec des jeunes surmontés de ballons en hélium aux couleurs des 24 équipes.

20h36: Côté italien, pas de surprise. La charnière septuagénaire (à eux deux) Chiellini-Bonucci est bien titulaire.

 

20h31: Alleeeez, on s’avance résolument vers ce début d’Euro avec les compos. Celle de la Turquie d’abord (puisque c’est un Turquie-Italie que nous allons voir). Les trois Lillois sont titulaires : Çelik en défense, Yazici au milieu et le capitaine Yilmaz devant.

 

 

C’était long, et pas du tout bon. Avec un an de retard, l’Euro 2020 (enfin 2021 donc) commence ce vendredi. Avec une affiche qui vaut son pesant de grissini : Turquie-Italie. Contrairement à ce que semble indiquer l’ordre du match, celui-ci a lieu à Rome, au Stade Olympique.

Même sans Marco Verratti, en délicatesse avec son corps pour la 1852e fois de sa carrière, l’équipe de l’élégant Roberto Mancini a fière allure, campée sur ses 27 matchs d’affilée sans défaite. Elle n’a jamais perdu en 10 confrontations face aux joueurs du Bosphore, mais leur dernière rencontre remonte à près de 15 ans.

Surtout, la sélection amenée par l’éternel et redoutable Burak Yilmaz, tout près champion de France, affiche un niveau qu’on ne lui avait pas connu depuis près de deux décennies. Elle avait alors fini troisième du Mondial 2002, avec déjà le même mentor, Senol Günes.

» Parce qu’on a rarement été aussi excité à l’idée d’assister à une cérémonie d’ouverture, on se retrouve dès 20h30.