Tokyo 2020 : Le Japon aurait secrètement acté l’impossibilité d’organiser les JO en 2021

JEUX OLYMPIQUES Le gouvernement japonais veut se positionner sur les JO 2032

W.P, avec AFP
— 
Les jeux olympiques doivent se dérouler à Tokyo cet été (illustration).
Les jeux olympiques doivent se dérouler à Tokyo cet été (illustration). — Keita Iijima/AP/SIPA

Le Japon va-t-il lâcher ses JO à cause de la pandémie de coronavirus ? Officiellement, non. Le Premier ministre ainsi que les organisateurs de l’événement ont d’ailleurs réaffirmé vendredi leur intention de tenir les Jeux olympiques cet été. « Je suis déterminé » à accueillir des Jeux olympiques « sûrs » à Tokyo​, en signe de « victoire de l’humanité sur le nouveau coronavirus », a déclaré le Premier ministre Yoshihide Suga lors d’une séance parlementaire.

Dans un communiqué, le comité d’organisation de Tokyo-2020 a aussi rappelé vendredi qu’il était « entièrement concentré » sur les préparatifs pour accueillir les JO (23 juillet-8 août), à l’unisson avec le gouvernement japonais et la ville de Tokyo, le Comité international olympique (CIO) et le Comité international paralympique (CIP).

Adieu 2021, bonjour 2032 ?

Selon le journal britannique The Times, qui a cité jeudi une source au sein de la coalition au pouvoir au Japon, le gouvernement aurait en réalité déjà secrètement acté l’impossibilité d’organiser les Jeux olympiques cette année, du fait de la recrudescence mondiale du coronavirus, y compris au Japon. Pour sauver la face, le gouvernement chercherait à s’assurer au préalable que Tokyo organise les JO de 2032, la prochaine édition disponible (après Paris-2024 et Los Angeles-2028).

Le porte-parole adjoint du gouvernement japonais, Manabu Sakai, a dit qu’il n’y avait « rien de vrai » dans l’article du Times et, à Sydney, le patron du Comité olympique australien Matt Carroll a qualifié de « rumeur infondée » l’information sur une annulation des JO à Tokyo. « Il s’agira de Jeux très différents, avec un focus sur les athlètes et leurs compétitions », a indiqué Matt Carroll.