PSG-Metz : « Je préfère ne rien dire », Tuchel pas content des suspensions de Neymar et Paredes

FOOTBALL L’entraîneur parisien a appris en direct les sanctions infligées à ses joueurs après la bataille de fin de match face à l’OM (0-1)

J.L.

— 

Thomas Tuchel sur sa glacière devant PSG-Metz.
Thomas Tuchel sur sa glacière devant PSG-Metz. — Francois Mori/AP/SIPA

Au Parc des Princes,

Meilleur moment de notre soirée porte de Saint-Cloud, sur les coups de minuit. Tuchel nous faisait l’article de ses joueurs « incroyables » pour aller chercher la victoire à neuf contre onze, quand on est enfin passé au plat de résistance. Son commentaire sur les décisions de la commission de discipline de la LFP après le combat de catch dimanche soir à la fin du classique. Autant vous dire qu’on n’a pas été déçus du voyage.

Sur Neymar, et Paredes, pour commencer : « C’est mieux que je ne dise pas ce que j’en pense, parce que je veux être sur le banc au prochain match [et pas suspendu lui aussi]. Je suis surpris sans l’être parce que c’est toujours comme ça avec nous. Deux matchs de suspension pour Paredes alors qu’il a pris deux cartons jaunes, j’ai du mal à comprendre ». Alors sur l’Argentin, on peut lui expliquer un peu : il n’a pas été expulsé directement, soit, mais le type a été infâme dès son entrée avec une semelle de boucher sur Payet, et ça a été comme ça jusqu’à faire disjoncter tout le monde à la fin. C’est donc une sanction pour l’ensemble de son œuvre, si l’on peut dire.

Mais là où Tuchel s’attend au pire, c’est pour Di Maria, qui doit être auditionné par la commission de discipline le 23 septembre prochain à la suite de son crachat sur Alvaro attesté par les images de télévision.​ L’Allemand l’a appris par nos soins, et il a écarquillé les yeux grands comme ça : « Di Maria aussi ? Je suis très surpris qu’il doive aller parler à la commission. Si je dois craindre aussi une suspension pour lui… On va accepter. Je ne vais pas parler de cette chose. » L’exaspération se lisait dans le regard, de toute façon.