La balade de Liverpool, Vardy l'artilleur et la prolongation de Giroud... Ce qu'il faut savoir sur la Premier League avant la reprise

FOOTBALL Ça repart en Angleterre aussi dès ce jeudi avec la fin de la 28e journée

William Pereira

— 

Mo Salah
Mo Salah — James Speakman/Mercury Press/REX/SIPA
  • La Premier League reprend ce mercredi en Grande-Bretagne.
  • 20 Minutes vous propose une séance de rattrapage pour ne pas être perdu à la reprise.

Après l'Allemagne et l’Espagne, place à la Fra… ah non, toujours pas. Par contre, et là il n’y a pas de blague, le football est enfin sur le point de reprendre en Angleterre. La Premier League revient dans un premier temps sur nos écrans ce mercredi avec la suite et fin de la 28e journée (Aston Villa – Sheffield et surtout Manchester City – Arsenal) puis vendredi avec la 30e (non, ce n’est pas une erreur, on sait compter, merci). Pas de lutte pour le titre, qui devrait rapidement revenir à Liverpool, mais une grosse baston pour les places européennes, pour le maintien et pour le titre honorifique de meilleur buteur. Petit guide pratique made in 20 Minutes.

Le programme de la reprise

Suite et fin de la 28e journée

Mercredi 17 juin

Aston Villa – Sheffield

Manchester City – Arsenal

30e journée

Vendredi 19 juin

Norwich – Southampton

Tottenham Manchester United

Samedi 20 juin

Watford – Leicester

Brighton – Arsenal

West Ham – Wolves

Bournemouth – Crystal Palace

Dimanche 21 juin

Newcastle – Sheffield

Aston Villa – Chelsea

Everton – Liverpool

Lundi 22 juin

Manchester City Burnley

Les enjeux

Difficile d’inventer un quelconque suspense au dernier étage de la fusée. Confinement ou pas, manque de rythme ou pas, le titre ne peut plus échapper à Liverpool, 27 victoires, un nul, une défaite, et 14.000 points d’avance sur Manchester City (si ce n’est plus). Juste en dessous, la deuxième place devrait se jouer entre les Citizens et Leicester, presque revenu à son niveau de 2016. On gardera un œil sur les surprenants Wolves et Sheffield qui titillent la cinquième place de Manchester United et dans une moindre mesure la quatrième de Chelsea.

Un peu plus bas, Arsenal et Tottenham ont le choix entre se reprendre et s’engluer dans le ventre mou de la Premier League en compagnie des Burnley, Everton et consort. Le maintien se jouera entre Brighton, West Ham, Watford – non relégables – Bournemouth, Aston Villa et Norwich City, ces derniers ayant déjà un pied dans la tombe.

La décla à retenir Jurgen Klopp (Liverpool) : « Nous n’avons jamais eu neuf semaines sans entraînement dans notre vie depuis que nous jouons au football. Tout cela est différent mais aussi intéressant, déclarait l’entraîneur à la reprise de l’entraînement sur le site de Liverpool. Cela fait toute la différence pour nous, pour être honnête, de nous réunir et d’avoir une heure ou deux ici ensemble. Vous avez ce contact, cette interaction, directement sur le terrain, et non par l’intermédiaire d’un ordinateur ou d’un écran. C’est un énorme, énorme soulagement. »

Les hommes forts de la saison

Au niveau individuel, le partage des richesses paraît mieux assuré qu’en tête de Premier League. Le meilleur buteur Jamie Vardy culmine à 19 buts, soit deux de plus qu’Aubameyang et trois d’avance sur Mo Salah et le Kun Agüero. Côté passeurs, on rappellera que Kevin de Bruyne passait ses week-ends à distiller des caviars à ses potes de City (16 passes dé) juste devant le phénomène Alexander-Arnold (14 assists). Et si jamais vous n’aimez pas les chiffres, vous pouvez toujours vous tourner vers l’efficacité défensive de Van Dijk, la vista de Bobby Firmino ou les praloches de Ruben Neves. Ah, et petit clin d’œil à Heung Min Son, qui a profité du confinement pour se remettre d’une blessure et de s’illustrer pendant son service militaire en Corée du sud au point de terminer parmi les cinq meilleurs marines de son contingent. Encourageant à l’heure de retrouver le régime martial de José Mourinho.

La décla à retenir Pierre-Emerick Aubameyang (Arsenal) : « Récemment je n’ai pas reçu de proposition, a déclaré l’attaquant des Gunners, très évasif sur son avenir au micro de Téléfoot. Bien sûr qu’on a échangé avec le club. Ça fait pas mal de mois. Ils savent très bien pourquoi rien ne s’est passé. Arsenal a les clés pour ma prolongation. À eux [les dirigeants] de faire leur travail et puis on verra comment ça va se passer. C’est un tournant dans ma carrière. Je veux être très franc avec tout le monde. Ça sera forcément un choix très difficile à faire. Parce que je n’ai toujours pas choisi, attention. On verra. Ça va peut-être être le choix le plus important de ma carrière, mais pour l’instant rien n’est décidé. »

Et les Français, alors ?

A l’inverse de PEA, Olivier Giroud a lui prolongé avec Chelsea jusqu’en juin 2021. Pas loin d’être un miracle au vu du dernier mercato hivernal qui avait failli entériner son départ à l’Inter Milan. « Je ne vais pas revenir sur ce qui s’est passé mais l’entraîneur [Frank Lampard] m’a parlé en privé et m’a dit qu’il me donnerait plus de matchs. Il a tenu parole et… j’ai juste saisi ma chance pour lui rendre la foi qu’il a placée en moi », expliquait-il sur le site des Blues. Toujours à Chelsea, N’Golo Kanté a repris le chemin de l’entraînement la semaine dernière après avoir un temps été autorisé à ne pas venir aux séances par peur du coronavirus.

Enfin, et puisqu’on ne s’étalera pas sur tous les Français de Premier League au risque de ne pas finir d’écrire avant fin 2029, on est bien curieux de voir si Anthony Martial sera capable de récupérer sa belle forme (cinq pions sur les dix derniers matchs). Son duo avec Bruno Fernandes s’annonçait prometteur, et l’entraîneur de Manchester United, Ole Gunnar Solskjaer, n’a d’ailleurs pas caché qu’il espérait voir le tandem continuer de « s’épanouir ».

La décla à retenir Hugo Lloris (Tottenham) : « Cette saison aura été étrange pour tous les joueurs, partout dans le monde », a déclaré Lloris sur le site officiel de Tottenham. « Dans ce genre de situation on essaie de positiver. Dans mon cas, j’en ai profité pour me régénérer. Après quinze saisons au plus haut niveau, on n’a jamais le temps de se poser et de souffler un petit peu. D’une saison à l’autre, on a à peine le temps de récupérer qu’il faut en débuter une nouvelle. Cette période a été très importante pour moi car elle m’a permis de passer du temps avec ma famille, et donc de reposer mon esprit et mon corps. »

Le chic type

Le monde du football n’est pas uniquement fait de joueurs ayant des crédits importants à honorer. Il y a aussi ceux qui œuvrent pour la bonne cause. Marcus Rashford, par exemple. L’attaquant des Red Devils a rassemblé les fonds nécessaires pour permettre à l’association FareShare d’offrir trois millions de repas aux personnes défavorisées touchées de plein fouet par la pandémie de coronavirus à travers le Royaume-Uni. Rashford avait lancé une campagne début avril, dont le but était de permettre aux enfants privés d’école et donc de cantine de pouvoir se nourrir. Il y avait mis lui-même « 50.000 ou 60.000 livres » de sa poche pour aider celle-ci à décoller. Au total, ce sont un peu plus de 22 millions d’euros de dons financiers ou alimentaires qui auront été collectés. Joli score, Marcus.