Les ligues pros ne veulent pas de l'amendement du Sénat pour reprendre la saison

FOOTBALL Cette proposition est « source de confusion », selon elles

N.C. avec AFP

— 

Les Ligues professionnelles, dont la Ligue 1, ne sont pas favorables à l'amendement proposés par des sénateurs pour rendre possible une reprise de la saison.
Les Ligues professionnelles, dont la Ligue 1, ne sont pas favorables à l'amendement proposés par des sénateurs pour rendre possible une reprise de la saison. — Budrul Chukrut / SOPA Images/Sip/SIPA

L’Association nationale des ligues de sport professionnel (ANLSP), qui regroupe notamment celles de football (LFP) et de rugby (LNR), a réagi mardi face à l’amendement déposé au Sénat visant à permettre la reprise de la saison 2019-20, le qualifiant de « source de confusion ».

Six sénateurs Les Républicains, dont cinq élus de la région lyonnaise, ont déposé un amendement lundi au nouveau projet de loi d’urgence contenant des dispositions diverses face à la crise du coronavirus, alimentant la bataille que mènent plusieurs dirigeants de club pour redémarrer la compétition mise à l’arrêt par la pandémie.

« Les fédérations sportives délégataires et les ligues professionnelles peuvent décider de reprendre les compétitions professionnelles afin d’achever la saison 2019-2020, si la situation sanitaire le permet et après avis du comité de scientifiques », est-il écrit.

« Elles définissent pour ce faire, sous leur responsabilité, et en accord avec l’État, un protocole sanitaire adapté à la reprise des compétitions qui détermine les conditions dans lesquelles les sportifs, les personnels nécessaires et le public peuvent participer à ces compétitions », poursuit le texte.

Les Ligues préfèrent préparer au mieux la prochaine saison

« A l’heure où le sport français fait face à des circonstances exceptionnelles, cet amendement serait source d’une confusion qui déstabiliserait encore davantage les instances sportives », a réagi l’ANLSP, qui réunit les Ligues professionnelles de football, de rugby, de basket (LNB), de cyclisme (LNC), de volley (LNV) et de handball (LNH).

« Nous pensons qu’il importe au contraire d’unir nos forces pour préparer dans les meilleures conditions possible la reprise de la saison 2020-2021 et accompagner durablement les clubs dans la gestion d’une crise inédite », poursuit l’instance.

Le projet débattu mardi et jeudi

L’amendement déposé au Sénat entretient l’espoir d’une reprise de la compétition que défend notamment le président de l’Olympique lyonnais Jean-Michel Aulas. Celui-ci a saisi lundi le Conseil d’Etat pour contester la fin de la saison. Le texte proposé par Michel Savin (Isère), Claude Kern (Bas-Rhin), François-Noël Buffet (Rhône), Catherine Di Folco (Rhône), Elisabeth Lamure (Rhône) et Michel Forissier (Rhône) reprend des arguments employés par le dirigeant lyonnais, en évoquant une décision d’arrêter « prématurée ».

« Aujourd’hui, la situation a clairement évolué, le caractère prématuré de cette annonce gouvernementale apparaît clairement et de nombreux acteurs remettent en question ce choix », développe l’amendement. Le projet de loi doit être débattu en séance publique mardi et jeudi.