Mort de Robert Herbin : Quand l’ex-légende de l’ASSE inventait « l’espionnage » de l’adversaire et l’analyse vidéo dans le foot

FOOTBALL Le coach mythique des Verts, décédé lundi soir, a été le premier coach à travailler sur l’analyse vidéo

B.V.

— 

Robert Herbin entouré des joueurs de l'AS Saint-Etienne, le 1er août 1976 au stade Geoffroy-Guichard.
Robert Herbin entouré des joueurs de l'AS Saint-Etienne, le 1er août 1976 au stade Geoffroy-Guichard. — STF / AFP
  • Robert Herbin, le coach mythique de l’ASSE, est décédé lundi soir à l’âge de 81 ans.
  • En 1974, il est le premier entraîneur d’un club en Europe à utiliser les images vidéo préparer une rencontre et analyser le jeu de l’adversaire.

C’est l’histoire d’un match de Ligue des champions gagné grâce à un « magnétoscope ». Dans son autobiographie On m’appelle le sphinx, Robert Herbin racontait avec quelques mots sortis tout droit de la France de Giscard comment il a réussi à motiver son équipe pour remonter le déficit de trois buts après la défaite en match aller à Cluj, 4-1, en 1974.

« L’après-midi fut moins réjouissant puisqu’il fut consacré à visionner au magnétoscope les images du match aller. Une épreuve sans doute, mais aussi la confirmation de nos erreurs. Cette initiative de revoir un match, que nous souhaitions tous effacer de nos mémoires, n’avait rien de machiavélique. Elle s’inscrivait au contraire dans un programme destiné à promouvoir jusqu’à son apogée le désir de revanche et l’esprit de conquête. »

Premier club européen à utiliser la technique de l'analyse vidéo

Victoire 5-1, l’un des plus grands exploits de l’histoire du foot français de clubs, et une révolution. Car si la vidéo est aujourd’hui utilisée par tous les clubs pour préparer la moindre rencontre, Saint-Etienne est, au début des années 70, le premier club à travailler sur les images et à « espionner » les futurs adversaires en Coupe d’Europe. Si l’idée de départ provient plutôt du recruteur historique du club, Pierre Garonnaire, le génie de Robert Herbin, décédé lundi à l’âge de 81 ans, est d’avoir su embrasser l’avenir.

« Cette équipe était précurseure et pionnière dans de nombreux domaines, témoigne Philippe Gastal, l’historien officiel du club. Herbin avait le souci du détail, et pour lui la vidéo était un outil nouveau de transmission aux joueurs. D’autres clubs ont pris le même chemin et on a vu par la suite l’importance de l’image du football. »

En noir et blanc sur un drap de lit

Tout commence deux ans avant Split, à quelques jours d’un match du championnat de France. Alex Mahinc, bénévole au club en charge d’un groupe de supporteurs, assiste à une réunion au sein de l’ASSE. Il raconte : « Garonnaire entre dans la salle et demande si quelqu’un d’entre nous sait filmer. Je dis que je sais, j’ai déjà filmé des trucs de famille. Il m’amène dans une pièce, me dit “M. Rocher (le président) a acheté du matériel. Moi j’y connais rien, débrouillez-vous avec ça. Dimanche, il faut filmer”. »

C’était lancé. L’ASSE avait décidé de filmer depuis la tribune de presse ses matchs pour les débriefer quelques jours plus tard sous l’œil d’Herbin. « C’était du très bon matos, mais du noir et blanc, se souvient Mahinc. On a acheté des rideaux noirs qu’on a mis sur les baies vitrées du stade et on projetait les matchs sur un drap de lit. Maintenant, les joueurs regardent des montages, mais à l’époque, c’était tout le match avec des commentaires de Robby. Ça pouvait durer deux heures. Il analysait, il voulait voir le placement des uns et des autres, et laissez-moi vous dire qu’il n’était pas tendre quand il voyait un joueur avec les mains sur les hanches. »

Dans la foulée, l’ASSE envoie Garonnaire, son « réalisateur » et tout le matos à travers l’Europe de manière systématique avant des matchs continentaux. Mahinc se souvient d’un aller-retour en jet privé dans la journée entre Saint-Etienne et Saint-Mirren, en Ecosse, mais aussi de déplacements à Liverpool ou Munich. Et d’une fois à Eindhoven où le PSV a demandé de l’argent à l’ASSE pour l’autoriser à filmer, finissant par envoyer la police avec des chiens renifleurs pour virer le Scorsese du Forez de la tribune.

Le plus souvent, personne n’avait vu jouer avant les équipes espionnées. Les images, inédites, donnent aux Verts un avantage évident. « C’était très en avance sur l’époque de pouvoir analyser le jeu de l’adversaire », conclut Mahinc.