Coronavirus : Trois conseils pour préparer votre marathon post-confinement

COURSE A PIED Les spécialistes estiment qu’il vaut mieux faire de l’entretien musculaire à la maison que des allers-retours sur son balcon

Jean Saint-Marc

— 

Face au coronavirus, les marathoniens doivent courir dans leur jardin ou faire de l'entretien musculaire.
Face au coronavirus, les marathoniens doivent courir dans leur jardin ou faire de l'entretien musculaire. — V.S. et J. Chiu / SIPA
  • Face au confinement imposé en raison de l’épidémie de coronavirus, les marathoniens adaptent leur préparation.
  • Un coach sportif et un kinésithérapeute conseillent de reporter ses objectifs à moyen terme.

La folie du jogging s’empare de la France confinée. La folie tout court frappe certains marathoniens. Ils sont nombreux, ces jours-ci, à se lancer d’invraisemblables défis, type  marathon sur le balcon (ouille les genoux). Ce samedi, trois étudiants toulonnais vont effectuer dans leur jardin «  l’ascension et la descente du Mont-Blanc » en enchaînant 481 allers-retours.

Ils veulent récolter des fonds pour la fondation Hôpitaux de France et la fondation Jérôme-Lejeune. Et, accessoirement, se défouler un bon coup et se dépasser. Vous n’avez peut-être pas de jardin pentu, mais, peut-être qu’un marathon qui se profile dans votre calendrier post-confinement. Un coach, un kiné et une passionnée donnent quelques conseils.

Gilles Dorval, coach sportif : « Laisser tomber jusqu’à l’été »

Les annulations en cascade de marathons forcent cet entraîneur, basé à Nantes, à faire du coaching à distance. « Je conseille à mes clients de laisser tomber jusqu’à l’été, expose Gilles Dorval. Un marathon nécessite un gros volume d’entraînement et quand on ne peut pas aller à plus d’un kilomètre de chez soi, il n’y a pas de solution. »

Il faut admettre, selon lui, que le travail fait avant le début du confinement est perdu. « En course à pied, il n’y a pas de désentraînement jusqu’à une semaine d’arrêt », estime ce professeur d’EPS. Comme le conseil scientifique estime que le confinement devra durer « six semaines au moins », autant faire son deuil. Et adopter ce petit programme :

  • Des pompes, des abdominaux, du gainage, des dorsaux pour le renforcement musculaire.
  • Du home-trainer, du tapis de course, du vélo d’appartement ou d’autres engins de tortures elliptiques pour le cardio. « Mais ça ne remplacera jamais la course à pied. Sinon, le maillot jaune du Tour de France gagnerait le marathon de Paris », conclut Gilles Dorval.

Virginie, six marathons au compteur : « Faire avec les moyens du bord. »

« La crise du coronavirus m’a obligée à me réorganiser et à faire avec les moyens du bord », explique cette coureuse de 35 ans, qui « espère faire [son] septième marathon fin juin, en espérant qu’on soit d’ici là "déconfinés". » Son conseil : « Faire avec les moyens du bord. Je cours dans mon jardin, j’ai fait un semi-marathon dimanche dernier. J’ai fait une tranchée dans le jardin, ça évite de tondre la pelouse après tout. Côté CrossFit, ma box nous transmet chaque jour des séances adaptables chez soi. »

Pascal Ravier, kinésithérapeute : « Ne pas se précipiter sur un objectif »

« Il n’y a pas d’urgence à s’entraîner », lance Pascal Ravier, kinésithérapeute à Marseille. « Je conseille de continuer une activité physique et sportive en suivant les consignes du gouvernement », commence ce spécialiste. Depuis le début du confinement, il télé-consulte depuis son jardin – seuls les actes de soin respiratoire, auprès de personnes handicapées, par exemple, restent autorisés. « Les personnes qui s’ennuient à la maison ne devraient pas se mettre d’un coup au sport intense. C’est aussi un stress qu’on donne au corps », rappelle-t-il.

Notre dossier sur le confinement

Quand le confinement sera terminé, il faudra être sympa avec sa carcasse. Pour Pascal Ravier, « si le confinement se termine dans un mois et que le coureur veut reprendre le sport avec un marathon, je pense qu’il ne faudra pas le faire dans un but de performance. Plutôt avec l’objectif de retrouver ses sensations. »