Violences sexuelles : la gymnaste Simone Biles scandalisée par la hiérarchie des dédommagements proposés aux victimes

GYMNASTIQUE USA Gymnastics établit une hiérarchie entre les victimes de l’ancien médecin fédéral Larry Nassar, condamné à perpétuité pour viols et agressions sexuelles sur plusieurs centaines d’athlètes

N.C.

— 

La quadruple championne olympique Simone Biles fait partie des victimes du docteur Larry Nassar.
La quadruple championne olympique Simone Biles fait partie des victimes du docteur Larry Nassar. — Kunihiko Miura/AP/SIPA

Simone Biles est outrée. Scandalisée par la proposition de la Fédération américaine de gymnastique pour clore le dramatique dossier Larry Nassar, l’ancien médecin d’USA Gymnastics  condamné à perpétuité pour viols et agressions sexuelles sur plusieurs centaines d’athlètes de 1988 à 2015.

« J’aimerais pouvoir dire ce que je pense… mais je vais commencer par le fait que je ne peux pas y croire », a commenté mardi sur Twitter la quadruple championne olympique, qui fait partie des victimes, en réaction aux révélations de plusieurs médias. Le quotidien Orange County Register et la chaîne ESPN ont mis la main une déclaration de divulgation, déposée auprès du tribunal américain de faillite du district sud de l’Indiana ce week-end, qui détaille le projet de la Fédération.

Cette dernière propose un système de dédommagements échelonnés, en fonction de la fréquence et du contexte des abus sexuels commis par Nassar. Cela revient à établir une hiérarchie entre les victimes. En résumé, les gymnastes élite agressées aux Jeux olympiques, aux championnats du monde, aux camps d’entraînement de l’équipe américaine ou lors d’autres événements de l’équipe nationale auraient droit au dédommagement maximal, fixé à 1,25 million de dollars (1,15 million d’euros).

En bas de l’échelle, les gymnastes abusées dans des lieux n’appartenant pas USA Gymnastics seraient payées 174 401 $ (160 190 €) et les personnes ayant subi des « actions obliques » ne percevraient que 82 550 $ (75 820 €).

Des « protecteurs » de Nassar échapperaient à la justice

Ce plan de dédommagement s’inscrit dans une offre globale de 215 millions de dollars (194 millions d’euros) formulée en janvier, que l’avocat de plus de 180 de victimes avait qualifié d'« inadmissible ». John Manly a ajouté samedi dans les colonnes de l’Orange County Register que « cette offre empêcherait en outre toute nouvelle action contre les responsables du Comité olympique et paralympique américain ».

Autrement dit, « tous les nombreux protecteurs de Nassar, dont l’ancien patron de la Fédération de gymnastique, Steve Penny, et l’ancien président de l’USOPC, Scott Blackmun, échapperaient complètement à la justice et ne devraient rien payer », note l’avocat.

John Manly conclut, cynique : « Que les parents qui envisagent de placer leur enfant dans une salle de sport gérée par USA Gymnastics le sachent. L’instance dit que si un pédophile reconnu se trouve dans ce gymnase et qu’il viole votre enfant, alors votre enfant vaut 82 000 $. C’est la considération la plus dégoûtante, la plus répréhensible et la plus vile des enfants qui puisse être. »