Losc-OM: Pourquoi Marseille a déjà un pied et quatre orteils en Ligue des champions

FOOTBALL En s'imposant dimanche dans le Nord (1-2), le club marseillais a frappé un immense coup dans la course à la Ligue des champions

Francois Launay

— 

Marseille's players celebrate after winning the French L1 football match between Lille LOSC and Olympique de Marseille at the Pierre-Mauroy stadium in Villeneuve-d'Ascq, near Lille, northern France, on February 16, 2020. (Photo by FRANCOIS LO PRESTI / AFP)
Marseille's players celebrate after winning the French L1 football match between Lille LOSC and Olympique de Marseille at the Pierre-Mauroy stadium in Villeneuve-d'Ascq, near Lille, northern France, on February 16, 2020. (Photo by FRANCOIS LO PRESTI / AFP) — AFP
  • A treize journées de la fin, le club olympien a largué ses concurrents dans la course à la deuxième place. 
  • Invaincu en Ligue 1 depuis quatre mois, l'OM n'a jamais été aussi proche de retrouver la Ligue des champions

Puisque la vie est faite de prise de risques, autant se lancer : Oui, l’OM disputera bien la Ligue des champions la saison prochaine. Sept ans après un zéro pointé en phase de poules, Marseille n’a jamais été aussi près de retrouver la piste aux étoiles. Bon alors OK, ce n’est pas encore fait. Mais très franchement, à part un retournement de situation aussi probable qu’un maintien de Toulouse en Ligue 1, on voit mal comment les Marseillais peuvent se planter. Et on vous explique même pourquoi c’est impossible.

Parce que les écarts sont déja immenses avec les poursuivants.

Onze points d’avance sur Rennes (3e), douze sur Lille (4e) et même dix-huit sur Lyon (11e). A treize journées de la fin, Marseille peut regarder de haut tous ses concurrents directs. Même Villas Boas, le coach marseillais, parle déjà « d’écart considérable » Nous, on préfère utiliser le terme autoroute parce que l’OM va trop vite. Et personne ne croit sérieusement à la thèse de l’effondrement.

Parce que cette équipe ne perd plus

14 matchs d’affilée sans défaite, 36 points sur 42 possibles. Depuis sa lourde défaite le 27 octobre dernier sur la pelouse du PSG, Marseille ne perd plus en Ligue 1. Une série d’invincibilité de presque quatre mois (salut à toi, Rudi Garcia) qui prouve bien l’immense confiance de cet OM-là.

Parce que Mandanda est dans la forme de sa vie

En ouvrant le score dimanche soir, le Lillois Osimhen a aussi été le premier joueur à tromper Steve Mandanda en 2020 en Ligue 1. Depuis le début d’année civile, le gardien marseillais n’avait pas encore encaissé le moindre but en championnat. Et à Lille, le portier a longtemps repoussé l’échéance en étant magistral en première mi-temps. Après une saison dernière très compliquée, le gardien n’a jamais semblé aussi fort.

Parce que même sans Payet, même en jouant mal, même en ratant un penalty, Marseille gagne quand même

A l’heure de jeu, il fallait oser claquer son PEL sur une victoire de l’OM surtout après le penalty raté par Rongier avec une frappe de pupille asthmatique. Mais cette saison à Marseille, tout finit toujours par tourner dans le bon sens. A l’image de cet improbable retournement de situation en deux minutes dimanche à Lille.

« Au vu de notre match, tout le monde aurait été content si on avait fait match nul. Et au final, on le gagne. On a eu quelques matchs difficiles et à chaque fois on gagne ou on arrive à ne pas perdre. On a un peu le sentiment que rien ne peut nous arriver cette saison », reconnaît Valère Germain, l’attaquant marseillais.

Parce que l’OM forme une équipe avec un vrai état d’esprit

Bon, OK, c’est totalement bateau et facile de sortir ça quand tout va bien. Mais bon, il suffit de voir Payet déconner sur Instagram, Villas Boas encenser ses joueurs et cette équipe tout retourner devant elle qu’on peut croire à la thèse de l’état d’esprit. Surtout quand ce sont Germain et Benedetto, deux joueurs en panne de confiance ces dernières semaines, qui ont relancé l'OM à Lille. « Depuis le début de saison, personne ne lâche. Quand les remplaçants rentrent, ils donnent tout. C’est un vrai groupe. Sans ça, on n’en serait pas là. On a un effectif court et il faut que tout le monde soit concentré à 200%», explique Valentin Rongier, le milieu d’un OM qui n’a plus été aussi sûr de sa force depuis des années.