Biathlon : « J’ai joué tactiquement comme au vélo », Jacquelin a piégé Boe façon Tour de France

BIATHLON Le Français a pris le meilleur sur la star norvégienne grâce à un sprint mené de main de maître

J.L.

— 

Emilien Jacquelin a signé la première victoire de sa carrière au meilleur moment.
Emilien Jacquelin a signé la première victoire de sa carrière au meilleur moment. — Tiziana FABI / AFP

La première fois où on avait pu lui parler directement, il y a un gros mois de ça, Emilien Jaquelin nous avait confié sa passion pour le vélo, lui qui ne ratait jamais une grande étape de montage du Tour quand il était môme : « Aujourd’hui, j’aime beaucoup Thibaut Pinot ou Vincenzo Nibali, par leur manière de courir à l’ancienne, moins dans le calcul. Je me disais que quel que soit le sport dans lequel je courrais, c’est comme ça que je le ferais. A l’attaque. »

Il ne pouvait pas être plus précurseur dans son imagination. Pour remporter du même coup sa première course et son premier titre mondial (en poursuite), Emilien Jacquelin a géré sa fin de course comme un Thibaut Pinot des grands jours. Le Français savait qu'il avait un meilleur «jump» que Johannes Boe​, arrivé dans son sillage après une course échevelée, mais encore fallait-il ne pas se laisser impressionner par l’aura du Norvégien, le meilleur athlète de la discipline depuis un an.

Mais Jacquelin, fort de ses trois premiers podiums en individuel cette saison, a planté une première banderille dans la partie la plus dure du circuit avant de résister à son adversaire, jusqu’à s’offrir le temps de célébrer sa victoire sur les dix derniers mètres. « C’est dingue, je savais que j’avais tout pour bien faire dimanche, a réagi le héros tricolore de la journée sur la chaîne l'Equipe. Ce matin, on est allé faire une séance de tir pour se mettre dedans, c’est la première fois que je faisais ça. Il faut croire que ça a payé, 20 sur 20 aujourd’hui… À la fin, j’ai essayé de jouer tactiquement, comme au vélo, pour piéger l’adversaire tout en la maîtrisant. C’est incroyable ».

La victoire de Jacquelin récompense une nouvelle course d’équipe fabuleuse des tricolores, avec Fourcade, Fillon-Maillet et Desthieux dans les huit premiers de la poursuite malgré de nombreuses fautes au tir.