F2: L’accident qui a coûté la vie à Anthoine Hubert dû à « une multiplicité de facteurs », conclut la FIA

ACCIDENT Le rapport d'enquête de la Fédération internationale de l’automobile a été publié vendredi

N.C. avec AFP

— 

Une minute de silence observée avant le départ du GP de Spa-Francorchamps en la mémoire d'Anthoine Hubert, le 1er septembre 2019.
Une minute de silence observée avant le départ du GP de Spa-Francorchamps en la mémoire d'Anthoine Hubert, le 1er septembre 2019. — Francisco Seco/AP/SIPA

La mort du pilote français de Formule 2 Anthoine Hubert le 31 août dernier lors d’une course de Formule 2 sur le circuit de Spa-Francorchamps (Belgique) est liée à un enchaînement d’évènements qui ne permet pas d’identifier de manœuvre inappropriée, affirme la FIA.

« Après analyse approfondie des diverses phases de l’accident, il n’a pas été identifié de cause spécifique mais une multiplicité de facteurs ayant contribué à sa gravité », souligne la Fédération internationale de l’automobile dans un rapport d’enquête publié vendredi.

Le pilote américain Juan Manuel Correa avait pour sa part été grièvement blessé dans l'accident qui a impliqué quatre voitures, celles de Hubert et Correa ainsi que les monoplaces du Français Giuliano Alesi et du Suisse Ralph Boschung qui n’ont pas été blessés. « L’enquête n’a révélé aucun élément indiquant qu’un pilote avait réagi de manière inappropriée au signal du drapeau jaune ou aux circonstances survenues sur la piste », indique le rapport.

« Le déploiement des drapeaux de signalisation et le déclenchement des services de secours par les commissaires de piste et la direction de course en réponse à l’accident ont été réalisés dans des délais courts et adéquats », affirme-t-on de même source.

Correa toujours en rééducation

Le décès d’Anthoine Hubert avait été annoncé officiellement quelques heures après l’accident alors que Juan Manuel Correa, victime de graves blessures aux jambes, est toujours en rééducation. Né à Lyon le 22 septembre 1996, Anthoine Hubert avait notamment été champion de France en F4 en 2013 et ensuite de GP3 Series en 2018. Il était également pilote de développement pour Renault au sein de la « Renault Sport Academy ».