VIDEO. Mort de Kobe Bryant : Star éternelle des Lakers, Kobe était le plus grand joueur des années 2000

BASKET L’idole de toute une ville est décédée dans un accident d’hélicoptère dimanche

Julien Laloye

— 

Kobe Bryant est décédé à 41 ans.
Kobe Bryant est décédé à 41 ans. — Mark J. Terrill/AP/SIPA

Kobe Bryant est mort. Quatre mots irréels qui ont tordu l’estomac de tous les amoureux de la NBA dimanche soir. L’homme d’une seule franchise, 20 ans et cinq titres avec les Lakers entre 1996 et 2016, est décédé en fin de matinée dans un accident d’hélicoptère sur les hauteurs de Calabasas, un comté de Los Angeles. Sa fille Giana et trois autres personnes à bord ont également été tuées. A 41 ans, Bryant, père de quatre enfants, était une véritable icône du jeu, le seul joueur à s’être vu retirer deux numéros de maillots, le 8 et le 24.

Vingt ans avec les Lakers

Ceux qui sont nés un peu tard pour profiter des arabesques de Jordan le considèrent avec un peu de mauvaise foi comme le meilleur de l’histoire. C’est parce qu’ils l’ont regardé avec les yeux de l’amour enchaîner les performances incroyables au scoring, dont un pic historique à 81 points un jour de janvier 2006, une marque jamais atteinte ni par Sa Majesté Jordan avant lui, ni par LeBron James après lui.

LeBron, son successeur dans la franchise pourpre et or, qui venait, hasard cruel du calendrier, de le dépasser au rang de 3e meilleur marqueur de l’histoire de la Ligue la veille à Philadelphie, lui avait rendu un hommage vibrant, sans le savoir : « Kobe était immortel offensivement du fait de son aptitude à beaucoup marquer. Et me voilà ici à Philadelphie, portant le même maillot des Lakers. L’univers provoque parfois de ces choses… Ce n’est pas censé avoir un sens, mais voilà, cela arrive tout simplement. »

Débarqué dans la Ligue sans même passer par l’Université, Kobe Bryant avait atterri aux Lakers par la grâce d’un échange étonnant que regrettera très longtemps le club de Charlotte. Associé au gigantesque pivot Shaquille O’Neal, le « Black Mamba » gagne vite la réputation d’un bourreau de travail et d’un scoreur unique dans la Ligue, à une époque où la NBA autorise encore les défenseurs à faire leur boulot. Mais trois titres plus tard, O’Neal part fâché et laisse Bryant seul au monde à LA.

Meilleur joueur de la décennie 2000

Celui-ci préfère souvent jouer à un contre cinq, et on moque parfois son individualisme forcené, mais l’arrivée de Pau Gasol lui permet de régner à nouveau sur la Ligue, avec deux nouveaux titres en 2009 et 2010. C’est la consécration pour Kobe, désigné joueur de la décennie 2000 par la NBA. La suite sera un peu moins heureuse pour le double champion olympique, jusqu’à une fin de carrière gâchée par une grave blessure au tendon d’Achille en 2013.

Mais parce que Kobe ne pouvait pas nous laisser comme ça, il se bat pour revenir et offrir à un Staples Center conquis une soirée inoubliable en 2016 pour le dernier match de sa carrière face à Utah. On s’en souvient comme si c’était hier. 60 points et le tir de la gagne comme à la grande époque. Une vidéo que l’on est déjà retourné voir trois fois les larmes aux yeux.