Equipe de France : TQO avec Dinart et gros débriefing… Alors, on fait quoi après le fiasco de l’Euro de hand ?

HANDBALL Eliminée de l’Euro, l’équipe de France va devoir passer par la case TQO pour se qualifier pour les JO 2020

William Pereira

— 

Karabatic et les Bleus vont devoir se réinventer d'ici avril
Karabatic et les Bleus vont devoir se réinventer d'ici avril — Vidar Ruud/AP/SIPA

« Deux matchs et c’est fini ! Je n’ai jamais vécu ça. » A peine arrivés, déjà repartis. Valentin Porte et l’équipe de France de handball sont déjà éliminés de l’Euro 2020 après leur deuxième défaite de rang, cette fois contre la Norvège. Un désastre engendré par la combinaison de trois facteurs : un tirage difficile, l’absence de marge d’erreur laissée par le nouveau format du tournoi et, bien sûr et surtout, un niveau de jeu abyssal.

Après avoir régné sans partage sur le monde de la petite balle qui colle, revoilà les Bleus de retour à la case 1978, date de la dernière élimination en tour préliminaire de l’Euro. Mais à part ça, Didier Dinart « ne sait pas » si son équipe est en crise. Bref, on passe sur le mauvais esprit. Il reste un match pour du beurre et l’honneur face à la Bosnie avant de rentrer et penser à la seule chose qui compte désormais : imiter les volleyeurs en se qualifiant pour les Jeux olympiques via le TQO. Spoiler alert, ça risque d’être difficile.

TQO, mode d’emploi

Petite confidence de Luc Abalo lundi dernier avant le départ pour la Norvège. Les calculs et probabilités, c’est pas son truc. « J’ai jamais voulu l’avouer avant pour pas avoir l’air d’un branquignolle, mais en réalité avant je comprenais pas comment ça se passait les calculs, les phases, le tour principal. Parce que j’aime pas les calculs en fait. » Pas de bol pour notre Lucho : en sport, moins on gagne, plus on se prend la tête. Mais promis, on va essayer de simplifier ces histoires de TQO, dernière chance pour les Experts d’accéder au tournoi olympique de 2020.

  • Trois TQO, deux tickets qualificatifs par tournoi
  • La France accueille le tournoi n°2 (le pays hôte s’est toujours qualifié)*
  • Trois adversaires dont un seul connu pour l’instant : la Croatie
  • Les deux autres seront le finaliste de la CAN et le 3e de l’Euro


Un débriefing salé au programme

Dans un monde normal on ne se serait pas fait trop de soucis malgré le tableau relevé de ce TQO, mais les cartes ont largement été rebattues avec cet Euro si bien que la France doit désormais craindre n’importe quel adversaire, ou presque. Face à ce constat, le président de la Fédération française de handball, Joël Delplanque, promet un large débriefing de la situation auquel les joueurs seront invités. La question étant de savoir si Valentin Porte sera invité autour de la table (« [Les entraîneurs] ont des choses à nous reprocher sur le match de vendredi. Mais on a aussi deux ou trois mots à leur dire », disait-il après le Portugal).

Dinart reste malgré tout

Tout ça sans remettre en cause Didier Dinart, le patron de la fédé l’ayant conforté hier dans ses propos à nos confrères de RMC Sport. « Vous voulez savoir si ma confiance en l’entraîneur va être éventuellement remise en cause. La réponse est non. […] On ne peut pas avoir été heureux et satisfaits tous ensemble pendant 25 ans et du jour au lendemain, même si la déception est profonde, balayer cela d’un revers de la main. Ce n’est pas possible. En tout cas, ce n’est pas l’esprit de la maison. » Le sélectionneur, dont les choix tactiques sont discutés, devra résoudre les problèmes collectifs entrevus cet hiver. Autrement, sa pire crainte (« Didier a l’angoisse d’être le premier à ne pas qualifier la France pour les JO », nous confiait le DTN Philippe Bana la semaine passée), risque bien de se réaliser.

Pas une immense marge de manœuvre d’ici le TQO

Tout ça, c’est bien joli, mais une question demeure, comment fait-on pour changer cette équipe qui perd et préparer le TQO sachant que la saison en club ne laisse aucune marge de manœuvre ni temps de préparation ? En dehors du staff, qui pourra s’amuser à faire de l’analyse vidéo dès lors que nos adversaires au TQO seront connus (au mois de février), on ne voit pas trop comment les joueurs pourront compenser les manques collectifs sans temps de jeu ensemble. C’est con, parce que comme le disait Valentin Porte le week-end dernier, « c’est le chantier du moment : faire le lien sur le terrain. »

Encore une histoire qui risque de se jouer à la grinta et aux individualités au mois d’avril. Car si quelque chose doit être repensé, il y a plus de chances que ça se fasse entre le TQO et les JO plutôt que maintenant. L’équipe de France a d’ailleurs toujours procédé de la sorte. Delplanque : « il y a quelques années, à la suite d’un Euro, nous avions pris des mesures très importantes de préparation de la compétition qui avait suivi. » En espérant que celle qui suive cet Euro ne soit pas le Mondial 2021.
 

*Si la Norvège se qualifie aux JO via l’Euro, la France sera basculée dans le TQO n°1, toujours en qualité de pays hôte, avec un tirage plus abordable: le Chili, la Corée du Sud et l’Egypte.