Affaire Aderlass : Trois nouveaux skieurs de fond suspendus quatre ans pour dopage sanguin

SKI DE FOND L'affaire Aderlass a permis de mettre à jour un nouveau scandale de dopage à l'échelle européenne

Aymeric Le Gall

— 

Le Kazakhe Alexey Poltaranin (au premier plan).
Le Kazakhe Alexey Poltaranin (au premier plan). — RONI REKOMAA / LEHTIKUVA / AFP

Trois skieurs de fond ont été suspendus quatre ans pour dopage dans l’affaire « Aderlass » (la mise au jour depuis un an d’un vaste réseau de dopage sanguin) a annoncé la Fédération internationale de ski (FIS).

Il s’agit du Kazakhe Alexey Poltaranin (12 victoires en Coupe du monde et deux médailles de bronze aux Mondiaux 2013) et des Estoniens Karel Tammjärv et Andreas Veerpalu. Un entraîneur estonien, Martin Alaver, a également été suspendu. Les quatre hommes ont trois semaines pour faire appel.

La saignée

L'affaire Aderlass (« saignée » en allemand) avait éclaté de façon spectaculaire en février 2019 avec un coup de filet de la police autrichienne en marge des Mondiaux de ski de fond de Seefeld, interpellant notamment un skieur en pleine transfusion dans sa chambre d’hôtel. Les enquêteurs avaient révélé l’existence d’un important réseau de dopage organisé autour du médecin allemand Mark Schmidt, arrêté le même jour à son cabinet d’Erfurt (Allemagne).

Le réseau concerne des skieurs de fond, dont les Autrichiens Dominik Baldauf et Max Hauke, déjà condamnés, mais aussi des cyclistes en activité : les Autrichiens Stefan Denifl et Georg Preidler, le Slovène Kristijan Koren et le Croate Kristjan Durasek sont actuellement suspendus. D’après leur dernière communication en décembre, les enquêteurs allemands considèrent que 23 sportifs de huit pays européens sont concernés. La police autrichienne, qui participait à l’enquête, avait pour sa part fait état de 30 cas.