Ligue 1: Polémiques sur l'arbitrage et Aulas chahuté en tribunes, ce Nîmes-Lyon était chaud

FOOTBALL Match houleux aux Costières

B.V.

— 

Les Nîmois étaient amers après le match
Les Nîmois étaient amers après le match — Sylvain THOMAS / AFP

C'était un match plié au bout d'un quart de jeu. Déjà réduit à dix après un carton rouge sévère adressé à Theo Valls au bout de 5 minutes de jeu, les Nîmois ont encaissé le premier but de leur défaite face à Lyon (0-4) sur un penalty encore plus sévère quelques minutes plus tard. De quoi rendre les Crocros légèrement amers après la rencontre. « Être sanctionné d’un rouge et d’un pénalty d’entrée, c’est trop gros, estimait le défenseur Pablo Martinez en zone mixte. Sur l’action qui amène le soi-disant pénalty, c’est très clair : Traoré perd le ballon et se jette sur moi. L’arbitre aurait pu aller voir la VAR, mais j’ai l’impression que celle-ci ne sert que pour certaines équipes. Pour nous, en revanche, elle ne marche pas, elle devait être en panne... »

Son entraîneur, Bernard Blaquart, était dans le même ton au micro d'Objectif Gard. Notant une proximité de l'arbitre avec les joueurs lyonnais : « Certains sourires avec les Lyonnais dans les serrements de main... C'est vraiment un sentiment un peu bizarre, la vitesse à laquelle on sort le rouge, je suis pas sûr que si un lyonnais fait le même geste il prend rouge... Sur le penalty il y a rien. J'espère qu'on leur sifflera un penalty comme ça mardi (en Ligue des champions) ». 

L'ambiance est même montée en tribunes, où Jean-Michel Aulas a été pris à partie par des supporters de Nîmes. 

Sur Twitter, le président de l'Olympique Lyonnais a réagi en parlant de supporters « fanatiques remontés par les articles toujours négatifs et insidieux de Vincent Duluc qui a perdu la raison ». Difficile de vous expliquer, d'ici, ce que le journaliste de l'Equipe vient faire dans cette histoire. Jean-Michel Aulas semble s'être sorti malgré tout sans encombre du stade des Costières.