E-sport : « Je suis passé de "pense à tes études" à "c'est incroyable t'es une rock-star" », confie Sébastien Debs

INTERVIEW « 20 Minutes » a rencontré Sébastien Debs, champion du monde de Dota 2 et athlète e-sport français le plus accompli

Propos recueillis par Bertrand Volpilhac

— 

Sébastien Debs remercie le public après le titre à The International
Sébastien Debs remercie le public après le titre à The International — Valve

Ce sera désormais un rendez-vous. Tous les derniers jeudis de chaque mois, 20 Minutes causera e-sport. A travers des enquêtes, des portraits, des interviews ou des reportages, nous tenterons de vous ouvrir les portes pour tout savoir du monde de la compétition dans les jeux vidéo, véritable phénomène de société et business florissant. Aujourd’hui : l’interview de Sébastien Debs, champion du monde de Dota 2.

Le back-to-back du siècle. Le 25 août dernier, à la Mercedez-Benz Arena de Shanghai, le Français Sébastien “Ceb” Debs, 27 ans, devenait avec son équipe, OG, les premiers à remporter deux fois The International, les championnat du monde de Dota 2, le plus grand tournoi annuel de l’e-sport. Quand on ne connaît pas grand-chose aux compétitions de jeux vidéo, difficile de s’imaginer la taille de l’exploit. Alors, pour situer, un chiffre : 15,6 millions de dollars, soit le prize money qu’il a partagé avec ses quatre coéquipiers. Déjà vainqueur du “TI” en 2018, l’équipe OG devenait en même temps l’équipe la plus accomplie de l’histoire de l’e-sport. Pour lancer sa thématique sur l’e-sport, 20 Minutes a choisi de demander à “Ceb” de parler longuement de son métier de joueur professionnel. Et du regard que la société porte sur lui.

Pouvez-vous nous expliquer ce que représente ce nouveau titre à The International pour vous ?

Au niveau de mon jeu, Dota 2, c’est l’accomplissement suprême, le Graal. Tous les joueurs dota qui ambitionnent de percer veulent le gagner. Au niveau de l’e-sport en général, c’est aussi ça d’une manière. C’est le tournoi le plus prestigieux parce que c’est le plus doté, sur un jeu e-sport réputé comme extrêmement complexe et compétitif. Et d’un point de vue personnel, c’était la fin du monde. Depuis que je suis en âge de faire mes propres choix, ma vie n’était dédiée qu’à gagner « TI », chacun de mes choix se faisait pour se rapprocher petit à petit de ce titre.

C’est une forme d’accomplissement de vie ?

D’un point de vue compétitif, il y a deux étapes. La première victoire, en 2018, c’était d’une intensité à plusieurs niveaux. C’était jouissif, limite surréaliste, et presque impossible d’être dans le moment. Je rêvais de l’atteindre mais je me suis jamais visualisé en tant que tel, et le jour où ça se matérialise c’est très particulier, tu entres dans une phase de dépression que tu ne vois pas du tout venir. « Je vais me lever pour quoi maintenant ? » C’est tellement intense, ça demande tellement de sacrifices. Avec tous mes coéquipiers on est passé par la même chose du « OK et maintenant ? Pourquoi je fais ce que je fais ? Pourquoi je sacrifie tant de choses »… Parce que clairement tu peux pas avoir de vie sociale, tu ne peux pas avoir de vie amoureuse, t’as un rythme épuisant mentalement, physiquement, t’es all-in. A partir du moment ou t’as gagné, tu as expérimenté ça. A la deuxième victoire, tu te rends compte que t’es le meilleur. Deux années de suite, il y a plus de doute. Et là tu te dis vraiment j’ai rempli mon objectif. Tu as la confirmation que tu es dans le juste.

Si l’on compare au sport, un Federer ou un Nadal n’éprouve pas autant de difficulté à se « remettre » d’un succès…

Dans l’e-sport, assumer son statut de favori est très compliqué. Même si le secteur s’est professionnalisé, il n’y a pas 50 ou 60 ans d’histoire derrière, et la structure, le staff comme il peut y avoir derrière un Federer, avec des personnes qui ont déjà fait des carrières comme lui et vont lui expliquer pourquoi ça va être difficile de regagner un tournoi qu’il a déjà gagné X fois.

Pour poursuivre sur cette pseudo-comparaison, quand Federer gagne Wimbledon, on n’indique pas la somme qu’il a remportée. Et pourtant, quand les sites d’infos générales évoquent les tournois d’e-sport, il y a toujours la somme remportée dans le titre. Pourquoi ?

C’est une manière de légitimer l’e-sport. Je fais partie de cette première génération de joueurs e-sport de ce niveau-là et en France, on a du retard, et je dis ça sans être péjoratif, à accueillir les nouveaux phénomènes de société. Quand j’étais plus jeune et que je racontais mon quotidien à mes coéquipiers scandinaves ou russophones, eux me disent que c’était le leur cinq ans auparavant. Quand ta famille ou ton entourage ne comprend pas ce que tu fais, tu te sens déconnecté. Mais dès que la dimension financière est arrivée, j’ai senti une lecture différente. C’est par ce prisme-là qu’on légitime les choses en France. Moi, je n’ai jamais rien changé sauf qu’un jour je me suis retrouvé dans un stade à gagner des millions. En revanche le regard des gens, lui, il a totalement changé. C’est passé de « il faudrait que tu sois plus sérieux et que tu penses à tes études” à “c’est absolument incroyable t’es une rock-star" ». Je caricature mais c’était ça. Alors ça ne m’étonne pas que les journaux titrent sur combien on gagne. Je ne sais pas si toute publicité est bonne en prendre, mais celle-là, en tout cas, oui. C’est une première porte d’entrée et j’espère qu’ensuite, les gens vont s’y intéresser plus en profondeur.

Ceb lève le trophée de The International au milieu de son équipe
Ceb lève le trophée de The International au milieu de son équipe - AFP

Comment ça se passe quand on annonce à sa famille qu’on veut devenir joueur professionnel ?

Moi clairement, j’ai été en guerre avec mon entourage, faut dire les choses comme elles sont. Avec mes parents, c’était très difficile, j’avais des problèmes perso terribles. Je ne leur en veux pas, je comprends. Ils n’étaient pas éduqués sur ce monde. Tout ce qu’ils voyaient, c’était leur gamin qui délaisse ses études pour jouer aux jeux vidéo. A l’époque, le jeu vidéo c’était pour jouer, et pour eux, je jouais au lieu de travailler. Dès que j’ai été en âge de me gérer, je me suis géré. Je faisais des tournois en empruntant de l’argent, j’avais un petit salaire, un train de vie extrêmement modeste.

J’ai aussi beaucoup vu ça autour de moi. Il se trouve que j’ai toujours été très bon élève, j’ai fait une très bonne prépa, une très bonne école de commerce, j’avais la casquette de quelqu’un de sérieux, donc le moment où j’ai décidé que j’allais choisir cette voie, c’était plus facile à vendre. Mais je voyais des gens autour, c’était pire : ils n’avaient pas forcément le niveau scolaire, mais ils étaient bien plus brillants que moi dans le jeu, avec une éthique d’entraînement, de la qualité humaine, mais ils se sont fait « éteindre » par leur entourage car ils ne suivaient pas la voie classique. C’est dommage, même si je pense que ça change un peu.

Le sport est considéré comme un chemin de vie, mais pas l’e-sport…

C’est vrai. On peut le voir dans le vocabulaire, on parle d’un « joueur d’e-sport » et en sport, on parle d’un athlète, avec le côté hygiène de vie, excellence dans le travail, rigueur, pro. La sémantique est le premier indicateur de la mentalité des gens.

Ceb en pleine action
Ceb en pleine action - Valve

Au niveau des études, il existe des écoles de gamers…

Elles ne font pas partie du circuit scolaire. Et il faudrait y réfléchir, c’est fondamental qu’on arrive à un système d’e-sport étude, c’est une question d’intérêt public. C’est le cas dans de nombreux pays. Tous mes coéquipiers scandinaves me parlent de programmes e-sports dans les lycées. Les autorités ont compris, qu’elles le veuillent ou non, que c’est un phénomène de société qui intéresse les gamins et que certains veulent devenir pros. Alors soit tu les laisses en électron libre se déscolariser, soit tu assumes ta responsabilité en tant que pouvoir public et tu crées une voie scolaire. Je ne comprends même pas que ça n’existe pas encore, c’est dramatique.

Comment la société considère-t-elle un joueur professionnel ?

L’e-sport français est avancé car il y a des locomotives, des grands acteurs. Mais au niveau des grands médias, c’est au point mort. Les médias grand public sont complètement largués par le phénomène. Je suis franco-libanais. En France, quand j’ai gagné The International, à part dans l’Equipe, le sujet n’a quasiment pas été abordé. Au Liban, c’était partout, j’ai été invité par les autorités. Mon coéquipier danois, après notre victoire, il était au 20h le soir même. Mes coéquipiers finlandais, eux, ont été reçus par le président de la République. Je ne demande rien hein, mais ça dénote quelque chose…

Vous sentez aussi ça dans le regard que portent les gens sur vous ?

Je le sens moins depuis que j’ai gagné. Le terme champion du monde change tout. Mais en 2017, c’était délicat. « Toi tu fais quoi ? Moi je fais du conseil ? Moi je tiens un restaurant. Toi ? Moi je joue aux jeux vidéo. Ah OK. » Je les vois me visualiser dans ma chambre avec mon ordi chez mes parents. Ils doivent se dire «bon, il est bon», mais ils n’ont pas la notion de complexité, d’excellence… Maintenant qu’ils entendent que je suis double champion du monde, que quand tu tapes mon nom sur Google…

Oui mais il y a plein de très grands joueurs qui ne sont pas champions du monde…

Il y a un travail d’éducation énorme à faire. Le côté popularité et gain monétaire, ça, ça parle. Quand une discussion arrive en général je dis que je suis double champion du monde sur Dota, la question qui vient après c’est « tu peux gagner ta vie avec ça, t’arrives à survivre ? », je réponds « ouais ça va bien c’était un tournoi à 35 millions de dollars » et là ils vont aller sur Internet, s’intéresser, et peut-être même suivre. C’est un critère d’acceptation sociale.

La joie de l'équipe OG, avec Ceb au milieu
La joie de l'équipe OG, avec Ceb au milieu - Valve

Ce n’est qu’en France, ça ?

On fait des voyages partout dans le monde, il y a certains pays où c’est plus important que le sport. En Asie du sud-est, les stars e-sport sont les plus prisées. Si on va faire un tournoi aux Philippines, la salle sera pleine à craquer avec 25 ou 30.000 personnes. On fait des séances de dédicaces, les gens vont dormir devant pour être les premiers le matin. On a des gardes du corps, les routes sont barrées quand on circule. En France, je suis incognito, ça arrive qu’on me reconnaisse entre cinq et dix fois par semaine. Aux Philippines, je ne peux pas me balader dans la rue, c’est non-stop. Je ne peux pas aller dans un café, quelqu’un va me reconnaître et appeler ses potes pour lui dire que je suis là.

Comment peut-on éduquer notre pays pour qu’il prenne la mesure de ce qui est en train de se passer ?

Via les médias qui ont l’attention et la légitimité auprès des Français. Comment ils vont avoir l’information sinon ? Éventuellement du bouche-à-oreille…

L’Etat a-t-il un rôle à jouer, aussi ?

Bien sûr. Les gouvernements ont complètement raté le coche, à tous les niveaux. Le CIO a travaillé d’arrache pied pour voir s’ils pouvaient amener l’e-sport aux JO 2024. Ça n’a pas marché pour plusieurs raisons, des conflits d’intérêts, bref… Mais pourquoi ils faisaient ça ? Car les plus jeunes, dans le bus, aujourd’hui, ils ne parlent pas du match de foot de la veille mais du dernier résultat de League of legends. Ils sont sur Twitch tout le temps… Leur objectif, c’était de rajeunir l’audience. Les politiques, les médias, ils sont déconnectés de ça. L’e-sport, ce serait un canal pour aller atteindre les gamins de 12 ans qui sont sur Internet.

Si Emmanuel Macron vous avait reçu après votre titre…

Ça me paraît inimaginable. Mais admettons qu’il reçoive le prochain champion, ça enverrait un message très positif.

Revenons à vous. C’est quoi le rythme de vie d’un joueur pro ?

Ma vie, c’est 15 jours chez moi et un mois et demi à l’étranger, à l’année. Quand je suis chez moi, je m’entraîne toute la journée comme des journées de travail, entre 8h et 18h. Je travaille seul, que ce soit certaines techniques, de l’analyse d’autres parties ou de l’activité physique. Ensuite on part en stage d’entraînement pendant plusieurs semaines pour préparer un tournoi. Là on a des demandes sur l’endroit : que ce soit sur le même fuseau horaire que le tournoi, dans un cadre paisible et agréable. L’hôtel par exemple, c’est trop stressant et on veut être ensemble. Généralement, on trouve avec notre sponsor une très grande baraque sur trois ou quatre étages. On a nos chambres, nos espaces, et on transforme un étage entier en salle commune d’entraînement. Là, on est sur un rythme de cinq jours de travail pour un de repos. Ces stages sont extrêmement structurés, on décide très en amont ce qu’on veut travailler et le programme est à la demi-heure près. C’est du 9h30-22h30. Mais il peut y avoir trois heures de discussion pendant le repas, c’est aussi du travail mental d’équipe. On a du staff : une psychologue, un chef/diététicien, un manager, un analyste et le coach. Au final, c’est un staff de 10/11 personnes qui se déplacent pendant deux ou trois semaines. Et ensuite on joue le tournoi qui va durer une ou deux semaines, où tu es à l’hôtel. Et ensuite tu rentres et le cycle recommence.

Tout ça est très structuré…

Et ça coûte beaucoup d’argent. C’est un vrai métier, le budget d’une équipe dota de haut niveau à l’année, t’es entre 1 et 2 millions d’euros. Dans l’esprit des gens ce n’est peut-être pas professionnel, mais pour nous c’est on ne peut plus professionnel.

Le business de l’e-sport est florissant, avec de très grandes marques comme sponsors…

Il y a un vrai intérêt économique et un écosystème qui s’est construit avec des sponsors. Par exemple, il y a de nombreuses marques de voitures comme Nissan, Audi, Mercedes, Honda, car ils touchent la cible. Désormais, beaucoup de marques qui ont raté le virage il y a 5 ans ont compris qu’elles loupaient un truc et se jettent à corps perdu dedans, parfois en dépit du bon sens.

La scène à Shanghai après la victoire
La scène à Shanghai après la victoire - Valve

Comment voyez-vous l’avenir de l’e-sport à 5, 10 ou 15 ans ?

Difficile à dire, ça va tellement vite, tellement fort. L’e-sport va continuer de grossir à plein de niveaux. Dans ma tête, quand je fais l’exercice purement théorique de me demander jusqu’où ça va aller, je me demande quels sont les avantages de l’e-sport sur d’autres grands vecteurs d’entertainment. Et l’e-sport a tout pour en devenir un pôle : c’est global, instantané, digital. Dans ma tête ça va devenir encore plus gros. C’est déjà énorme, c’est établi, et il y en aura encore dans 50 ans. Surtout avec l’arrivée de la réalité augmentée.