Traversée de la Manche en Flyboard: Franky Zapata a «passé sa vie à arracher des victoires à la dernière seconde»

FLYBOARD L’inventeur est revenu avec émotion sur sa traversée de la matinée

Pierre Cloix
— 
Face à la presse, Franky Zapata a offert les éléments de sa réussite.
Face à la presse, Franky Zapata a offert les éléments de sa réussite. — Pierre Cloix

De notre envoyé spécial à Sangatte,

Il est arrivé en voiture, puis est entré dans la mairie de Blériot-Plage à pied. Comme s’il n’avait pas réussi un exploit quelques heures plus tôt. Tout sourire, et après avoir remercié son équipe, sa famille, ses amis et ses sponsors, Franky Zapata a enfin relâché la pression. Et si les larmes coulent, ce sont sans nul doute des larmes de bonheur.

L’inventeur prend la mesure du chemin accompli, et de la réussite de ce jour : « Tout le monde a foncé. On ne lâche pas, on va au bout de nos rêves. On se révèle sous la pression, c’est là que nous sommes les meilleurs », dit-il, les yeux humides. Si aujourd’hui tous les regards sont tournés vers lui, Franky Zapata n’a que le pluriel à la bouche.

Le troisième plus beau jour de sa vie

Passée l’émotion, les sourires se décrispent, et quand on demande à Franky si ce jour est le plus beau de sa vie, sa femme Krystel intervient : « Le deuxième plutôt ! Il y a notre mariage avant ! » « Le troisième, même, il y a aussi la naissance de notre fils », sourit le héros du jour, sous les rires des nombreux journalistes venus recueillir ses paroles.

Plus solennel, Zapata veut aussi que son exploit puisse servir de leçon à chacun : « Si vous lâchez au premier effort, vous n’arriverez à rien. Il faut se battre à 200 % car la réussite est hyperaléatoire, c’est le travail et la force qui vous permettent de réaliser vos rêves, d’être vivant. On a passé notre vie à arracher des victoires à la dernière seconde », affirme-t-il.

Le Hoverboard de Marty McFly

L’inventeur revient ensuite sur son drôle d’engin, conçu par ses soins, avec lequel il a réussi à traverser la Manche. « C’est un produit magique, et qui offre plein de challenges et de défis. Les gens rêvent de voler. On attendait tous le Hoverboard de Marty McFly pour 2015. On ne l’avait pas, alors on en a fait un », explique-t-il, fier.

Quant à son échec la semaine passé, Franky a une pensée pour son ami qui l’avait attendu à Douvres, et qui ne l’avait jamais vu arriver : « Je ne pouvais pas lui refaire ça ! ».

« C’est un pas vers le futur »

La question de la suite se pose déjà, quels nouveaux défis Franky Zapata est-il prêt à relever ? A l’en croire, cette traversée de la Manche n’était que le début : « C’est un premier pas vers le futur. Notre voiture volante est à la peinture et devrait bientôt avoir les autorisations pour voler », annonce-t-il.

Une machine qui pourrait aller à une vitesse mesurée entre 300 et 400 km/h, et qui pourrait voler sur une durée de 120 kilomètres, selon l’inventeur qui entend un jour « voler au-dessus des nuages ». Et après ? « Si à la fin on peut arriver à créer une fusée, alors on le fera. », lance Franky Zapata. On a déjà hâte de voir ça.