Coupe du monde féminine: Les Pays-Bas n'en finissent plus d'avancer sur la carte mondiale du foot féminin

FOOTBALL Grâce à leur succès en quart de finale du Mondial, samedi face à l’Italie, les Pays-Bas ont fait coup double

Francois Launay

— 

La joie des Néerlandaises qualifiées pour les demi-finales du Mondial
La joie des Néerlandaises qualifiées pour les demi-finales du Mondial — DENIS CHARLET / AFP
  • Les Pays-Bas se sont qualifiés samedi pour la première demi-finale mondiale de leur histoire.
  • Une qualification qui leur assure aussi de disputer le tournoi olympique à Tokyo, en 2020.
  • Quasi inexistant en grande compétition jusqu’en 2017, le foot féminin néerlandais a pris son essor depuis le titre européen remporté à domicile il y a deux ans.

Tout va très vite aux Pays-Bas. Inexistantes ou presque sur la carte du foot féminin jusqu’en 2017, les Néerlandaises ont vite rattrapé le temps perdu. Championnes d’Europe chez elles à la surprise générale il y a deux ans, les Oranje ont montré que ce titre était tout sauf un accident.

En éliminant logiquement l'Italie samedi à Valenciennes (2-0), les Pays-Bas ont décroché leur billet pour la première demi-finale mondiale de leur histoire. Mieux que ça, ce succès leur ouvre aussi les portes des Jeux Olympiques, où le foot féminin néerlandais sera représenté pour la première fois en 2020.

« C’est un rêve qui devient réalité »

« C’est un rêve qui devient réalité. Le tournoi olympique est très important pour le foot féminin. C’est fantastique de pouvoir participer aux JO, c’est une superbe aventure. J’en rêvais et maintenant, je vais y aller avec les joueuses pour représenter les Pays-Bas », s’est réjoui Sarina Wiegman, la sélectionneuse, à l’issue de la rencontre.

Un conte de fées que vit aussi Vivianne Miedema. La star de l’équipe, qui a inscrit samedi son 61e but en 80 sélections, atteint aussi un rêve de gamine. « Je ne pouvais pas jouer au football plus jeune, alors je jouais au tennis. Et aujourd’hui, je peux aller aux Jeux en jouant au foot. C’est incroyable ! », lance la joueuse de 22 ans.

Heureuses d’être aux Jeux, les Néerlandaises n’en oublient pas non plus leur demi-finale du Mondial, qu’elles disputeront mercredi, à Lyon, contre l’Allemagne ou la Suède.

« On est déjà heureuses d’être parmi les quatre meilleures équipes du monde »

« Beaucoup de choses peuvent se passer. On aura probablement moins de possession de balle, mais on va se battre jusqu’au bout, on ne lâchera rien pour aller en finale. Je suis très fière de l’équipe. On a des très bonnes joueuses. Depuis notre victoire à l’Euro-2017, on a gagné beaucoup en confiance et on devait améliorer notre jeu, ce qu’on a fait pour pouvoir être performant durant cette Coupe du monde. On est déjà heureuses d’être parmi les quatre meilleures équipes du monde », poursuit la sélectionneuse Sarina Wiegman.

Et ce n’est peut-être pas fini. Redoutables sur coups de pied arrêtés, ultra-réalistes offensivement et portées par un incroyable soutien populaire, comme en témoigne la marée orange qui a encore envahi Valenciennes samedi, les Pays-Bas ont la gueule de l’outsider que pas grand monde n’avait vu venir. Elles ont déjà fait le coup en 2017. Pourquoi pas le refaire cette année au Mondial ? Même si cette fois-ci, leurs adversaires sont prévenues.