Asvel-Monaco: Les Villeurbannais ont tout renversé après la pause du match 5... Triplé mémorable pour Tony Parker

LIVE L'Asvel a su résister ce mardi (66-55) à la belle remontée de l'AS Monaco dans cette finale (de 2-0 à 2-2) pour conclure une sublime saison, marquée aussi par une Coupe de France et le premier titre de championnes des féminines

A l'Astroballe à Villeurbanne, Jérémy Laugier

— 

Adreian Payne et tous les Villeurbannais sont fous de joie au moment de soulever le titre de champion de France ce mardi. ROMAIN LAFABREGUE
Adreian Payne et tous les Villeurbannais sont fous de joie au moment de soulever le titre de champion de France ce mardi. ROMAIN LAFABREGUE — AFP

L’Asvel a quand même des ressources incroyables. Au bout du bout d’une finale de Jeep Elite se jouant encore dans un match 5 décisif, les Villeurbannais ont su se ressaisir pour reconquérir le Graal (66-55). Oubliées les deux déconvenues en Principauté, dont un terrible 97-62 au match 3, le leader de la saison régulière a retrouvé son visage conquérant ce mardi… en troisième quart-temps.

Evidemment présent dans une Astroballe plus que bouillante (5.560 spectateurs), le président Tony Parker a sans doute joué un rôle précieux en se rendant dans le vestiaire à la pause. Menés (27-35) après une deuxième période totalement manquée, ses joueurs sont apparus transcendés dans la foulée. A l’image d’un AJ Slaughter d’un coup incandescent (7 points de rang), l’Asvel a passé un terrible 24-3 à une AS Monaco complètement perdue.

« Ce n’est que le début, l’année prochaine, on aura l’Euroligue »

Après avoir vu son avance grimper jusqu’à 13 points, les partenaires de Charles Kahudi sont parvenus à préserver l’essentiel dans la dernière période afin de s’offrir un remarquable triplé. En plus de ce 19e titre de champion de France, le deuxième de l’ère Tony Parker après la remontée contre la SIG en 2016 (de 0-2 à 3-2), l'Asvel a en effet raflé en mai la Coupe de France avec les garçons ainsi que le premier sacre national pour Lyon Asvel Féminin.

Tout ce que touche ce néo-retraité de « TP » se transforme décidément en or. « Ce n’est que le début, l’année prochaine, on aura l’Euroligue », a lancé le golden boy au milieu du parquet après le triomphe, avant un I will survive de circonstance dans une Astroballe aux anges.