Espagne: Diego Costa à son tour soupçonné d'avoir fraudé le fisc

FOOTBALL Après Ronaldo, Neymar, Messi et beaucoup d'autres

20 Minutes avec AFP

— 

Diego Costa, l'attaquant de l'Atlético, est soupçonné par le Fisc espagnol d'avoir dissimulé des revenus.
Diego Costa, l'attaquant de l'Atlético, est soupçonné par le Fisc espagnol d'avoir dissimulé des revenus. — Bagu Blanco/BPI/REX/Shutterstock/SIPA

Après Neymar, Cristiano Ronaldo et Messi, le fisc espagnol soupçonne à présent le footballeur hispano-brésilien Diego Costa, attaquant de l'Atlético Madrid, d'avoir dissimulé des revenus et «lui réclame 1,1 million d'euros», affirme mercredi El Mundo. «L'administration fiscale accuse l'attaquant de l'Atlético d'une fraude de 1,1 million d'euros correspondant aux impôts sur ses droits à l'image en 2014», écrit le quotidien espagnol, bien renseigné pour ce type de dossiers.

Selon El Mundo, l'administration estime que le joueur de 30 ans a «dissimulé les revenus issus du contrat de sponsoring avec Adidas signé peu avant de rejoindre Chelsea» en 2014. Costa avait alors abandonné l'Atlético pour rejoindre Chelsea à Londres. Puis il avait réintégré le club madrilène en 2018. Le quotidien assure avoir consulté des documents de l'administration fiscale espagnole montrant que cette dernière a accepté «de réduire considérablement le montant exigé au départ, qui s'élevait à 2,3 millions d'euros».

De nombreuses personnalités du ballon rond ont eu des ennuis avec le fisc espagnol ces dernières années. Une enquête serait en cours sur la prime de prolongation de Neymar au FC Barcelone et son retentissant transfert au PSG en 2017. En janvier, Cristiano Ronaldo a été condamné à une peine de deux ans de prison, qu'il n'aura pas à purger. Selon une source judiciaire, entre sanctions et remboursement du montant de l'évasion fiscale, l'affaire a coûté 18,8 millions à l'ancienne star du Real Madrid. Enfin, Lionel Messi a été condamné pour sa part en 2016 à 2 millions d'euros d'amende et une peine de 21 mois de prison commuée en une amende supplémentaire de 252.000 euros.