VIDEO. Coupe de la Ligue: A-t-on vécu la pire finale de l’histoire de la compétition?

FOOTBALL La finale inédite entre Strasbourg et Guingamp, remportée aux tirs au but par les Alsaciens (0-0, 4-1 aux tab) a accouché d’un spectacle affligeant

Francois Launay

— 

Strasbourg et Guingamp ont offert un faible spectacle.
Strasbourg et Guingamp ont offert un faible spectacle. — PHILIPPE HUGUEN / AFP
  • Strasbourg a remporté aux tirs au but la finale de la Coupe de la Ligue face à Guingamp.
  • Le spectacle aura été affligeant toute la rencontre à cause d’un déchet technique abyssal, de l’enjeu mais aussi de conditions de jeu difficiles.

Le contraste était saisissant. Après un après-midi enfiévré dans les rues de Lille grâce à l’ambiance mise par les supporters des deux camps, la température est retombée de vingt degrés dès le début de la finale de la Coupe de la Ligue entre Strasbourg et Guingamp.

Au terme d’un spectacle affligeant de bout en bout, d’un déchet technique abyssal et de sept tirs cadrés en 120 minutes, c’est finalement Strasbourg qui a décroché la timbale aux tirs au but (0-0, 4-1 aux tab).

Le spectacle n’était que dans les tribunes

Mais alors c’est vraiment la seule chose que l’on retiendra de cette affiche inédite en finale entre le dixième et le dix-huitième de Ligue 1. Après l’élimination du PSG, quintuple vainqueur sortant de la compétition, on pensait que le suspense allait enfin s’inviter en Coupe de la Ligue.

Au final, c’est surtout l’ennui qui restera de cette première finale dans le Nord. Dommage car les tribunes étaient prêtes à s’emballer dans un magnifique avant-match ponctué de chants bretons et surtout strasbourgeois.

A Guingamp les (rares) occasions, à Strasbourg la Coupe

Pour fêter ses 25 ans, la Coupe de la Ligue avait même offert au public un beau spectacle lors de la cérémonie d’ouverture de cette finale. Sans se douter que l’édition 2019 se préparait à entrer dans l’histoire pour la nullité du spectacle proposé.

« S’il y avait eu un but plus tôt, ça aurait peut-être ouvert le match. Strasbourg n’a pas voulu nous offrir d’espaces, et nous non plus. C’est ce qui fait qu’on est resté à 0-0. C'était une finale assez équilibrée et indécise », justifie Jocelyn Gourvennec, l’entraîneur guingampais.

L’état du terrain n’a pas aidé

Pour Thierry Laurey, les conditions de jeu n’ont pas aidé. « Quand tu joues sur un terrain dans cet état, avec un ballon dans cet état, les choses sont compliquées. Il faut aussi mettre les joueurs dans les meilleures dispositions. C’était très difficile de mettre du rythme, il n’y avait pas de rebond, des trajectoires un peu bizarres. Et puis il y avait aussi un peu de pression et de tension pour les joueurs. On espère toujours faire un peu mieux mais, malheureusement, ce n’était pas le cas ce soir », explique le coach strasbourgeois.

Dans un match verrouillé des deux côtés, c’est Guingamp qui se sera créé les meilleures occasions. Mais c’est Strasbourg qui a ce dimanche matin son nom inscrit au palmarès. Vu la célébration d’après-match, les Alsaciens se souviendront toute leur vie de cette finale. Les autres l’ont déjà oubliée.