Dominique Nato: «Il se passe des choses dégueulasses dans la boxe»

JO 2008 Le patron des entraîneurs français de boxe, Dominique Nato est écoeuré. Daouda Sow, battu dimanche en finale des poids légers par le Russe Tischenko, a été selon lui floué par les juges... Interview.

Propos recueillis par Stéphane Colineau

— 

En moins de 60 kg, Daouda Saw accède aux demi-finales, le mardi 19 août 2008
En moins de 60 kg, Daouda Saw accède aux demi-finales, le mardi 19 août 2008 — LJ. Won / REUTEURS
De notre envoyé spécial à Pékin

Le patron des entraîneurs français de boxe, Dominique Nato est écoeuré. Daouda Sow, battu dimanche en finale des poids légers par le Russe Tischenko, a été selon lui floué par les juges… Interview.

Quel est votre sentiment après la défaite de Daouda Sow?
Pendant toute la compétition olympique il s’est passé des choses bizarres avec l’arbitrage. Tous ceux qui connaissent la boxe et savent compter les points l’ont encore vu dans le combat de Daouda. A 10-9 pour son adversaire, les juges n’ont pas donné de points sur les touches nettes à Daouda, qu’on a pourtangt très bien vues sur les ralentis de la télévision chinoise. C’est un match où le sport a été relégué au second plan.

Vous étiez déjà très amer après la défaite d'Alexis Vastine
Ce n’est pourtant pas mon habitude de contester l’arbitrage, mais là je suis écoeuré, la fête est gâchée. C’étaient mes derniers JO et je suis très content. Cette semaine, il s’est passé des choses dégueulasses. Il y en a marre, il faut trouver un système qui permette d’attribuer la victoire au vrai vainqueur. Aujourd’hui, on donne la victoire en fonction du pays du boxeur, pas de son combat. Et la France est un petit pays de boxe.

Ces problèmes d’arbitrage ont toujours existé, non?

Oui, mais la nouvelle équipe à la tête de la fédération internationale est arrivée en promettant une opération mains propres. Au lieu de ça, je viens de vivre les pires JO que j’ai connu. Avant, les juges influençaient les matchs avec finesse. A Pékin, ils ne se sont même pas embarrassés. Il y a ici des juges malhonnêtes et d’autres incompétents, ça fait beaucoup.