Les Bleus votent Domenech

BLEUS L’équipe de France soutient son sélectionneur

M.Go.
— 
Les joueurs de l'équipe de France, éliminée mardi de l'Euro-2008, ont quitté mercredi la Suisse et sont rentrés en France pour la plupart tandis que Franck Ribéry, blessé à la cheville gauche, sera opéré jeudi à Munich.
Les joueurs de l'équipe de France, éliminée mardi de l'Euro-2008, ont quitté mercredi la Suisse et sont rentrés en France pour la plupart tandis que Franck Ribéry, blessé à la cheville gauche, sera opéré jeudi à Munich. — Stéphane de Sakutin AFP

A moins de trois  jours d’être fixé sur son sort, Domenech sait qu’il peut au moins compter sur  eux. Alors que 52% des Français veulent son  départ, le sélectionneur est soutenu par la plupart  de ses cadres de l’équipe de France. La parole la plus importante a été celle du capitaine Patrick Vieira  quatre jours à peine après l’élimination de la France: «Je suis pour la  stabilité. Ce n'est pas parce qu'il y a eu cet échec qu'il faut tout jeter par  la fenêtre et recommencer à zéro», avait expliqué le milieu de terrain qui ne  s’était pourtant pas privé de critiquer le staff médical des Bleus avant la  troisième rencontre de poule. 


Michel Platini lui aussi aime bien  Raymond Domenech. Pour le constater, c’est ici....


Depuis  les soutiens des joueurs présents à l’Euro se sont multipliés. Willy Sagnol,  Lilian Thuram, Franck Ribéry, François Clerc, Karim Benzema, Jean-Alain  Boumsong, Lassana Diarra et Sidney Govou qui déclarait ce lundi à propos de  Domenech: «Il n'a rien à se reprocher. Les premiers coupables, ce sont les  joueurs. On n'a pas su faire ce qu'il fallait pour se  qualifier.» En fait depuis la fin de l’Euro, aucun joueur actuel  ne s’est exprimé contre le sélectionneur.

Le lobbying des anciens


Leur position  est compréhensible. Avant la décision du Conseil fédéral du 3 juillet pour le  maintien ou non de Raymond Domenech à la tête du staff, ils n’ont aucun intérêt  à s’exprimer contre le sélectionneur. Pour quelques paroles ou actes malencontreux (on  se souvient de Robert Pirès et de l’affaire des protège-tibias à  l’entraînement), Domenech a pu exclure par le passé des joueurs du groupe. Et  puis certains sont redevables à Domenech de leur première sélection en bleu  (Diarra, Ribéry, Benzema). 


Peut-être également que le lobbying des  anciens de 1998 pour Didier Deschamps en a énervé plus d’un…  «Je regrette que d'anciens joueurs lui jettent la pierre. Ils devraient savoir  que, parfois, même avec un état d'esprit irréprochable et de l'envie, on se  retrouve sans solution sur le terrain», a déclaré Govou lundi. Une saillie qui  ressemble étrangement à la colère de Sagnol pendant le Mondial 2006 qui avait  demandé aux anciens (et notamment à Marcel Desailly) de «fermer leur gueule».