Coup de rabot: C'est officiel, le budget du ministère des Sports revu à la baisse (de 481 à 451 millions d'euros)

GOUVERNANCE Cette baisse budgétaire avait été annoncé par le Premier ministre...

A.L.G. avec AFP

— 

Roxana Maracineanu, nouvelle ministre des Sports, et Christophe Castaner, le 5 septembre 2018 à l'Elysée.
Roxana Maracineanu, nouvelle ministre des Sports, et Christophe Castaner, le 5 septembre 2018 à l'Elysée. — Ludovic Marin/AP/SIPA

Quelle surprise (non) ! Le ministère des Sports a acté, lundi, une baisse de son budget, qui va passer de 481 à 451 millions d'euros, justifiant cela par des prévisions de dépenses surévaluées l'année dernière, et annoncé des moyens supplémentaires pour la haute performance et le développement des pratiques, sur fond de grogne du mouvement sportif.

Au total, le budget du ministère des Sports s'élève à 516 millions d'euros dans le projet de loi de finances 2019, dont 65 millions pour les chantiers des JO de Paris 2024, une ligne spécifique. En budget de fonctionnement, le ministère dispose de 451 millions d'euros, en baisse de 30 millions, comme prévu dans la lettre de cadrage de Matignon fin juillet.

Ce budget se décompose en deux parties: d'un côté, les crédits sports, comprenant notamment les moyens alloués aux fédérations; de l'autre, le budget du Centre national pour le développement du sport (CNDS) qui distribue les subventions sur le terrain.

Un budget sans cesse revu à la baisse

Le budget des sports avait déjà baissé dans la loi de finances 2018, de 510 à 481 millions d'euros. Ces derniers mois, le mouvement sportif a protesté de plus en plus vivement contre la diminution des moyens du CNDS et la baisse des emplois aidés pour les clubs amateurs.

Début septembre, la publication de la lettre de cadrage de Matignon, demandant au ministère de supprimer 1600 ETP (équivalent temps plein) entre 2018 et 2022 a mis le feu aux poudres. Depuis, la ministre des Sports, Roxana Maracineanu, a annoncé que les conseillers techniques sportifs (CTS), visés par le courrier de Matignon, ne perdraient pas leur emploi mais que leur statut pourrait évoluer.