Coupe du monde 2018: Avion, boulot, deuil... Vous nous racontez pourquoi vous allez louper la finale France-Croatie

VOUS TEMOIGNEZ Vous êtes nombreux à louper la finale de la Coupe du monde, souvent (mais pas toujours) malgré vous... Voici un florilège de vos témoignages, on espère que ça vous fera autant de bien qu'une thérapie de groupe...

L.C.

— 

Oh noooon, je vais louper le match !
Oh noooon, je vais louper le match ! — AFP

Si vous désespérez car vous allez rater LE match de votre vie ce dimanche, peut-être que savoir que vous n’êtes pas seul(e) vous consolera un peu. On vous a demandé si vous alliez louper la finale de la Coupe du monde et on a reçu des dizaines et des dizaines de messages.

On n’a pas de solution miracle pour regarder la télé dans l’avion ou amadouer votre employeur et le convaincre de vous filer un jour de congé, mais on est de tout cœur avec vous. Voici les témoignages des malheureux qui louperont France-Croatie à 17 heures.

Il y a ceux qui bossent…

Comme Teddy, infirmier dans un EHPAD à Prigonrieux (Dordogne) : « C’est avec regret que je ne la verrai pas car je vais devoir aller bosser. Alors c’est avec les résidents de mon EHPAD, derrière mon chariot de soins, que je vivrai cette finale. Une résidente (qui est une grande fan de foot) m’a dit qu’elle me tiendrait au courant du score en m’appelant sur mon téléphone professionnel ! Qu’elle est gentille… Et j’ai un autre résident qui m’a dit qu’il appuierait sur la sonnette à chaque but pour que je coure dans sa chambre où il regardera le match. J’ai des résidents au top, et c’est avec eux que je passerai ce super moment. Allez les bleus, les soignants et les résidents de mon EHPAD comptent sur vous ! »

Ou Alexandre, éleveur : « Je vais louper la Coupe du monde car étant agriculteur, c’est l’heure à laquelle on nourrit les bêtes et on ne peut pas la décaler… Alors les copains nous tiendront au courant des buts par SMS. »

Et Jennifer : « J’ai l’énorme regret que la Fifa ait programmé une finale de Coupe du monde à 17h dimanche car je travaille… Comment je le vis ? Assez mal car j’adore le foot et encore plus suivre et vibrer pour les matchs des Bleus. Bien évidemment je vais essayer de suivre le match au maximum mais cela n’aura pas le même effet, moi qui aime vivre les matchs entourée de monde… »

Même punition pour Clément : « Mon contrat de travail commence le 15 juillet… Jusqu’à 18h je dois être sur mon lieu de travail. Mon frère sera avec moi… Radio, ordinateur, téléphone… On ne sait pas encore comment on va pouvoir suivre cette finale. Le stress va être important… Un œil sur le match coûte que coûte. L’équipe de France en finale l’été de nos 20 ans, mon frère et moi ne pouvons pas rater ça. Mais nos employeurs se moquent de la finale et notre présence au travail est non négociable ».

Ceux qui sont en deuil

Pour certains, un tel match ravivera l’absence d’un proche avec qui on avait l’habitude de suivre le foot avec passion. Dominique, de Martigues (Bouches-du-Rhône) : « Je vais volontairement rater le match le plus important depuis le sacre en 1998. Pour un passionné de foot comme moi c’est triste mais c’est la vie. J’ai perdu mon père il y a moins de deux mois. Il adorait le football et il aurait été fou de joie de regarder cette finale. Il ne la regardera pas, alors moi non plus. »

Sébastien a lui aussi perdu un parent récemment : « Je suis un grand fan de foot depuis toujours. J’ai suivi quasiment tous les matchs mais je ne regarderai pas la finale, car ma maman est décédée en août dernier et elle était la plus belle supportrice de l’équipe de France, et tout est en train de remonter. De plus je suis hyper stressé par l’idée de perdre comme à l’Euro 2016… Je prends donc mon camping-car et je pars, je n’allumerai la radio ou la télé que vers 19h30. Punaise je suis dingue… »

Ceux qui seront en vacances (on les plaint moins !)

Pour beaucoup d’entre vous, ce dimanche de la mi-juillet tombe pendant les vacances. Certains les ont organisées tellement à l’avance qu’ils ont zappé le calendrier du Mondial. D’ailleurs vous avez été nombreux à essayer de changer de billets de train ou d’avion, et à renoncer devant la différence de prix.

D’autres ne croyaient pas en une qualification des Bleus pour la finale, comme Abdel : « je suis un fana de football, je suis même président d’un club au niveau départemental. Avant la Coupe du monde je ne pensais pas que la France irait en finale et donc j’ai décidé de partir en vacances dans le désert algérien, coupé de tout. Dimanche je n’aurai pas de télé, juste une faible connexion Internet… Je vais essayer de suivre mais je n’aurai pas les images, c’est impossible. Je suis vraiment dégoûté de ne pas pouvoir regarder cette finale… »

Ceux qui seront coincés dans l’avion

Olivier, 27 ans, médecin en Martinique, nous a écrit pour nous faire part de sa « grande détresse footballistique » : « Je suis rentré en métropole pour la première fois depuis 9 mois afin de revoir ma famille le 7 juillet dernier. Et j’ai, innocemment, pris mes billets retour le 15 juillet. A 15h heure métropolitaine. 8h30 de vol. Autant dire que je l’ai dans l’os. Il faut avouer que la probabilité de voir la France en finale existait, certes, mais n’était pas très élevée. J’ai toujours eu foi en l’équipe de France, mais je la sentais moins performante qu’il y a 2 ans. Mal m’en a pris ».

Changer son billet lui coûterait 500 euros et sa compagnie aérienne ne propose pas de wifi à bord. « Je suis condamné à rater ce match historique, suspendu dans ma boîte de métal au-dessus de l’Atlantique. Il ne me reste plus qu’à espérer avoir un commandant de bord fan de foot qui nous tiendra au courant du score. Rater cette finale c’est une véritable torture ! Revivre les émotions que j’avais vécues à l’âge de 7 ans aurait été formidable ! Alors au moins, ayez une petite pensée pour moi quand on soulèvera le trophée. Car personnellement, je ne serai pas encore au courant ».

Dimitri sera coincé dans un vol Toronto-Taipei, mais sa compagnie a du wifi à bord. « J’espère réussir à voir le match et je suis prêt à réveiller tout l’avion si la France est championne du monde ! Quoi qu’il arrive je voyagerai avec mon maillot de l’équipe de France sur les épaules ! »

« Je ne suis pas fana de foot, mais quand même, une finale de Coupe du Monde avec la France, c’est un événement que ça m’embête un peu de rater », témoigne Fabien, qui sera dans un avion pour les Etats-Unis. « J’attendrai donc l’annonce du résultat dans l’avion - quoique, le vol étant opéré par Delta Airlines, on ne nous dira peut-être rien - ou alors en débarquant (c’est la première chose que je regarderai). Je me dis que si la France perd, ben ce ne sera pas très grave et que j’ai un beau séjour qui m’attend, je passerai vite à autre chose. Si la France gagne, je serai peut-être un peu frustré de ne pas vivre la fête à Paris, l’ambiance dans les rues… Je suis par ailleurs curieux de savoir quel regard auront les Américains sur cette finale de soccer… »