Montpellier: Un handballeur suspendu par le MHB pour des paris sportifs présumés

PARIS SPORTIFS Convoqué par la commission de discipline par la Ligue Nationale de Handball, Ayem Toumi a été suspendu à titre provisoire par son club…

Jérôme Diesnis
— 
Ayem Toumi (à gauche)aux prise avec le joueur de Montpellier Toumi.
Ayem Toumi (à gauche)aux prise avec le joueur de Montpellier Toumi. — Sylvain Artu / www.air-pictures.fr

L’ailier droit Ayem Toumi du Montpellier Handball est soupçonné de paris sportifs illicites. Vendredi, le club héraultais a reçu une notification de la Ligue Nationale de Handball (LNH) le prévenant que l’international tunisien était convoqué en commission de discipline, le 30 avril.

La LNH a été saisie par la Fédération Française de Handball, elle-même alertée par l’Arjel (Autorité de régulation des jeux en ligne) dans le cadre de ses mesures de contrôle et de croisement des fichiers. L’article L 131-16 du code du sport interdit de pari les acteurs d’une compétition, et notamment les joueurs.

Le mauvais souvenir de l’affaire des paris

Dans l’attente de la décision de la commission de discipline et des appels éventuels, le Montpellier Handball a décidé de suspendre provisoirement son joueur, dès le lendemain de cette notification. Agé de 27 ans, Ayem Toumi est notamment double champion d’Afrique avec la Tunisie. Il est lié jusqu’en juin 2019 avec le MHB. Victime d’une rupture du tendon d’Achille, il est éloigné des terrains depuis le mois de février.

Dans le club héraultais on ne badine pas avec les paris sportifs, depuis l’affaire des paris suspects lors du match Cesson-Rennes – Montpellier du 12 mai 2012. Quinze personnes (dont sept joueurs du MHB au moment des faits) avaient été condamnées par la cour d’appel de Montpellier. Notamment les frères Karabatic, définitivement condamnés après leur décision de ne pas se pourvoir en cassation.

Dans cette affaire, le MHB, rapidement mis hors de cause par l’enquête, s’est pourvu en cassation pour obtenir le statut de partie civile et faire reconnaître son préjudice : d’image, financier avec la rupture du contrat de son principal sponsor, sportif enfin avec le départ des joueurs incriminés qui constituaient l’ossature de l’équipe.

>> A lire aussi : Handball: «Des joueurs condamnés pour escroquerie peuvent-ils jouer en Bleus?», s’interroge le président du Montpellier Handball