OL-CSKA Moscou: Un supporter lyonnais a été interpellé pour «drapeau nazi» et «violences à caractère raciste»

FAITS DIVERS Un Isérois de 42 ans a été présenté au parquet mercredi pour avoir « exhibé un drapeau nazi » et pour « violences à caractère raciste ». L’homme a reconnu les coups de poing mais a nié « le caractère raciste »…

Jérémy Laugier

— 

La rencontre de Ligue Europa entre l'OL et le CSKA Moscou, le 15 mars, fait l'objet d'une enquête disciplinaire de l'UEFA.
La rencontre de Ligue Europa entre l'OL et le CSKA Moscou, le 15 mars, fait l'objet d'une enquête disciplinaire de l'UEFA. — Laurent Cipriani/AP/SIPA
  • Une ouverture disciplinaire a été ouverte par l’UEFA concernant le match OL-CSKA Moscou du 15 mars, notamment pour « comportement raciste » de supporters.
  • Un supporter lyonnais a été interpellé à son domicile, mardi en Isère pour « introduction ou port dans une enceinte sportive d’objet rappelant une idéologie raciste ou xénophobe et violences volontaires aggravées ».
  • L’homme de 42 ans a été laissé libre et une information judiciaire a été ouverte à son encontre.

L’ouverture le mois dernier d’une procédure disciplinaire par l’UEFA à l’issue du match de Ligue Europa OL-CSKA Moscou entraîne cette semaine des interpellations dans la région lyonnaise. Tout comme un Villeurbannais de 23 ans présenté au parquet mercredi pour avoir jeté un briquet en direction du gardien russe, un autre supporter de l’OL a également reçu les enquêteurs mardi matin.

L’individu âgé de 42 ans et demeurant à Tignieu-Jameyzieu (Isère) a été interpellé à son domicile à 6h05 et se voit reprocher les actes les plus graves pointés par la procédure disciplinaire de l’UEFA concernant cette rencontre européenne OL-CSKA. A savoir « l’introduction ou le port dans une enceinte sportive d’objet rappelant une idéologie raciste ou xénophobe et des violences volontaires aggravées ».

Il s’agirait « d’un différend à la suite d’un problème d’attribution de place »

D’après la police, ce supporter de l’OL « a exhibé un drapeau nazi et a commis des violences à caractère raciste sur un supporter », le 15 mars lors de cette rencontre européenne. Concernant le drapeau, le mis en cause a déclaré mercredi au parquet « l’avoir volé aux supporters du CSKA et l’avoir exhibé pour les narguer, sans savoir qu’il s’agissait d’un drapeau nazi ». Il a par ailleurs reconnu avoir asséné deux coups de poing à un individu dans les tribunes « car ce dernier avait pris place à un endroit réservé à ses amis ».

Mais l’Isérois a nié le caractère raciste de l’acte. La victime a confirmé ses dires, expliquant qu’il s’agissait bien « d’un différend à la suite d’un problème d’attribution de place » et elle n’a pas déposé plainte. A l’issue de sa présentation au parquet, l’homme a été laissé libre et une information judiciaire a été ouverte à son encontre. Sept autres supporters avaient déjà été interpellés pour des violences commises sur des policiers, le 15 mars en marge de ce 8e de finale européen entre l’OL et le CSKA Moscou.