OM-FC Nantes: Nkoudou paie-t-il aujourd'hui son envie d'aller trop vite d'hier?

FOOTBALL L’attaquant, qui appartient à Tottenham, vient d’être prêté à Burnley, club dans lequel il joue pour le moment très peu…

David Phelippeau

— 

Georges-Kevin Nkoudou.
Georges-Kevin Nkoudou. — Glyn KIRK / AFP
  • Georges-Kevin Nkoudou (23 ans), dont le temps de jeu à Tottenham était famélique, vient d’être prêté à Burnley.
  • Son choix de rejoindre l’Angleterre après une belle saison à Marseille pose question.

Une montée en flèche supersonique puis une quasi-disparition des radars. Georges-Kevin Nkoudou (23 ans) a été prêté à Burnley (D1 anglaise) en janvier dernier. Malgré de nombreuses sollicitations en Europe, l’ancien Nantais a choisi de rester en Premier League.

Pourtant, tout n’est pas rose en Angleterre pour lui depuis son arrivée à Tottenham à l’été 2016. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : entre septembre 2016 et janvier 2018, l’ancien joueur de l’OM n’a disputé que 46 minutes de Championnat avec les Spurs. Sa plus longue apparition date du 26 novembre 2016 sur le terrain de Chelsea (1-2)... pendant 17 minutes !

>> A lire aussi : FC Nantes: Pourquoi Georges-Kevin Nkoudou n'a pas réussi à Nantes?

A Burnley, Nkoudou repart sur des statistiques un peu moins ridicules, mais encore bien faméliques : 48 minutes en 4 matchs… « Si je considérais que c’était trop haut, je ne serais pas venu à Tottenham, avouait le joueur à L’Equipe en mai 2017. Personnellement, je ne pourrai pas vivre une deuxième saison comme celle-là. J’aurai besoin de jouer plus. On sera en 2018, il y aura le Mondial. On ne sait jamais. J’ai envie de m’imposer, oui. Je sais que je peux m’imposer. »

Un discours plein de belles intentions qui n’a pas vraiment été suivi de changements positifs pour le joueur… Au point de se demander si le joueur ne s’est pas « perdu » en brûlant les étapes.

Trop impatience après Nantes ?

A Nantes (2014-2015), il a réalisé une saison pleine avant de quitter la Jonelière. A l’OM (2015-2016), rebelote : une saison satisfaisante puis départ de la Commanderie. Nkoudou n’a-t-il pas fait preuve d’un peu trop d’impatience ? « C’est une certitude, admet aujourd’hui Samuel Fenillat, le directeur du centre de formation du FCN. Mais, c’est le cas de beaucoup de jeunes maintenant. On a affaire à des sprinters alors qu’ils sont engagés dans une course de fond. Ils veulent tout tout de suite. Beaucoup se brûlent les ailes. »

« Au FCN, on n’avait pas confiance en sa capacité à prendre les bonnes décisions », expliquait l’entourage du joueur en janvier 2016. Aucune prolongation de contrat ne lui sera proposée. Nkoudou, arrivé à la Jonelière en 2011, quittera Nantes un an avant la fin de son contrat. « Jouer dans son club formateur n’est plus un rêve pour les joueurs, poursuit Fenillat. Il n’y a plus cet attachement. Le foot est devenu un milieu de zapping… »

Le mauvais choix après Marseille

A Marseille, Nkoudou est « l’homme de la saison », selon Mourad Aerts, journaliste au site Football Club de Marseille. « C’était une surprise, on ne l’attendait pas à ce niveau. Il marchait sur l’eau. On lui filait le ballon et on voyait ce qu’il se passait… » Et régulièrement, ça faisait mouche. Nkoudou se fait remarquer en compilant 5 buts en L1 et 4 en Coupe d’Europe avec l’OM. Au point d’attiser les convoitises en Europe. Pour le journaliste marseillais, son départ au bout d’un an de la Canebière n’est pas dû à de l’impatience. « On ne lui a pas laissé le choix, assure-t-il. L’OM avait besoin de liquidités pour équilibrer les comptes et rendre la mariée plus belle pour la vente [à Mc Court en août 2016]. »

>> A lire aussi : VIDEO. FC Nantes: Harit, Djilobodji, Nkoudou, c'est lui... Un dénicheur de talents du FCN se confie

Tottenham déboursera 12 millions pour l’attaquant, qui fera sans aucun doute une belle bascule salariale… « Il y a une telle différence entre ce que proposent les clubs français et anglais, estime Fenillat. Aujourd’hui, il est bien possible qu’il gagne beaucoup plus que ce qu’il gagnait en France… » Plus d’argent, moins de temps de jeu : c’est pourtant de plus en plus le sort réservé aux jeunes Français qui rallient la Premier League.