Bordeaux-Nice: Toulalan, retour en forme, brassard… Benoît Costil a repris les rênes aux Girondins

FOOTBALL Après un mauvais début de saison, le gardien international est le nouvel homme fort du club…

Clément Carpentier

— 

Benoît Costil a retrouvé son niveau après une première partie de saison difficile.
Benoît Costil a retrouvé son niveau après une première partie de saison difficile. — Nicolas Tucat / AFP
  • Bordeaux reçoit Nice, dimanche, avec un Benoît Costil de retour au premier plan.
  • Après le départ de Jérémy Toulalan, il a repris le flambeau dans le vestiaire. 
  • En 2018, le gardien international est enfin décisif pour les Girondins.

C’était le 17 décembre dernier. Ce jour-là à l’Allianz Riviera de Nice, Benoît Costil perdait sa place de titulaire dans les cages des Girondins de Bordeaux. Un sacré camouflet pour le gardien international arrivé au club en début de saison pour passer un cap. 

Mais difficile, à l'époque, d'échapper à la sanction après une première partie de la saison très moyenne de la part de l’ancien gardien rennais alors que son équipe touchait le fond. « Il n’était pas forcément mauvais mais il n’était pas du tout décisif et c’est ce qu’on attendait de lui », glisse Mathis, un supporter bordelais. Un reproche que son président, Stéphane Martin, entend mais tempère : « C’est toujours compliqué au départ quand on arrive dans un nouveau club. Il faut un peu de temps pour s'adapter. » Mais du temps, Benoît Costil n’en aura pas plus.

>> A lire aussi : Rennes-Bordeaux: «La Bretagne a été ma terre d'adoption», clame Benoit Costil avant son retour au Roazhon Park

Dans la tempête, capitaine Costil maintient le cap

En effet, avec le départ de Jérémy Toulalan quelques heures après celui de Jocelyn Gourvennec, il va se retrouver en première ligne. En pleine crise, il sort alors du bois comme l’expliquait Eric Bédouet avant l’arrivée de Gustavo Poyet : « J’ai aimé son discours face aux joueurs. Il a l’expérience pour nous aider dans cette période très difficile. » Quelques jours plus tard, le Normand de 30 ans était capitaine lors de la victoire à Nantes :

Ça ne change rien à ma façon de faire. Je prends ça comme étant une responsabilité en plus. C’est un bout de tissu, ce n’est pas grand-chose en soi mais quand on l’a, il y a un devoir d’exemplarité.

Benoît Costil a succédé à Jérémy Toulalan en tant que capitaine des Girondins de Bordeaux.
Benoît Costil a succédé à Jérémy Toulalan en tant que capitaine des Girondins de Bordeaux. - Nicolas Tucat / AFP

Ce brassard, il « l’a déjà connu à Rennes donc ce n’est pas quelque chose qui le dérange. » Au fil des semaines, son nouvel entraîneur le confirme dans son nouveau rôle et Stéphane Martin voit « un joueur qui prend de l’ampleur dans le vestiaire. Un exemple pour ses coéquipiers et un relais indispensable pour le coach » sur le terrain.

>> A lire aussi : FCN-Bordeaux: «C'est presque gênant de gagner une fois que le staff n'est plus là...», avoue Costil

Enfin décisif sur le terrain en 2018

Justement, là aussi, Benoît Costil est de retour au premier plan depuis le début de cette année civile. Après avoir encaissé 26 buts en 17 journées de Ligue 1, l’international français porte son équipe :

- A Granville et Troyes, il arrête un penalty

- Il en est à trois clean-sheets en sept matchs de championnat en 2018

- Il est décisif lors des victoires contre Lyon et Amiens

Et si Bordeaux n’a rien pu faire contre l’OM la semaine dernière, il a permis pendant longtemps à son équipe de rester dans le match. Aujourd’hui, il est pour beaucoup dans le retour des Girondins dans la course à l’Europe. Et le club aura à coup sûr besoin d’un grand Benoît Costil jusqu’à la fin de la saison pour finir européen. A commencer par dimanche contre le Nice de Mario Balotelli.

>> A lire aussi : Rennes-Bordeaux: «On a toujours réussi à allier le travail intensif avec la rigolade», raconte l'ancien coach spécifique de Benoît Costil