Clément Noël
Clément Noël — Morry Gash/AP/SIPA

JEUX OLYMPIQUES

JO 2018: Quasi-médaillé sur slalom à 20 ans, champion du monde junior... Avec Clément, c'est bientôt Noël

Le jeune skieur français a failli créer la surprise jeudi à Pyeongchang...

De l’un de nos envoyés spéciaux, à Pyeongchang,

Petit jeu du jour entre journalistes dotés d’un sens de l’humour très « Laurent Ruquiesque » en attendant l’arrivée des skieurs après le slalom de la lose de nos Français : faire un maximum de jeux de mots sur le nom de famille du jeune  Clément Noël. On les a tous faits, y compris Noël Mamère et Noël Flantier. Mais celui qui correspond le mieux à l’état d’esprit du jeune Français de 20 ans après sa médaille en chocolat à quatre centièmes du podium est ailleurs : Clément Noël avait les boules en zone mixte, même s’il est conscient d’avoir frappé un grand coup dans l’événement le plus prestigieux qui soit pour un sportif.

« C’est plus que je l’espérais, je m’attendais pas à participer aux Jeux, je m’attendais pas à jouer la médaille, je peux être fier et content de ça. Maintenant c’est le fait d’être à quatre centièmes qui est frustrant. Au début je voyais que Kristoffersen avait pas mal d’avance donc je me disais que je ferais 5e avec plus de trois dixièmes de retard donc sans regrets. Puis je vois qu’il tombe et là je me dis "ah, quatre centièmes"… Mais bon je préfère quand même quatrième à cinquième parce qu’au moins on se souvient un peu de nous, on se dit "ah c’était pas de chance". »

Le directeur de l’équipe masculine de ski alpin, David Chastan, était aussi légèrement frustré. « On était tous un peu déçus, tous un peu frustrés. On fait tous une belle course, il faut le souligner, super course d’équipe, 4,5,6 c’est vraiment quelque chose de magnifique mais on échoue, pour les trois à quelques centièmes de secondes du podium. »

L’avenir est à lui

Mais comme Clément Noël, « on va essayer de retenir le positif malgré tout ». Et le positif, c’est qu’on tient a priori une référence sur slalom, discipline dont il est le champion du monde juniors, pour le futur. Alexis Pinturault s’en satisfait. « Moi je suis content qu’il soit là, ça sera la relève. Bon, j’ai que 26 ans donc je ne vais pas lui laisser ma place tout de suite [il rit] mais c’est sûr que ça fait plaisir de voir que des jeunes comme lui sont présents et qu’on peut compter sur lui », nous a-t-il assuré.

Chastan abonde. « C’est un jeune, ça va lui servir pour la suite. Il peut positiver même si aujourd’hui quatrième, c’est dur. Il fait pas n’importe quoi malgré son âge, il n’y a rien à dire. Il est quatrième des Jeux olympiques. Je pense qu’il a tout l’avenir devant lui. » On aurait quand même préféré un Noël avant l’heure.