JO 2018: Beauté féminine, maquillage, costume... Le patinage artistique est-il sexiste?

JEUX OLYMPIQUES Vous avez trois heures...

William Pereira avec l'aide inestimable d'A.L.G

— 

Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron
Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron — CHINE NOUVELLE/SIPA

De l’un de nos envoyés spéciaux, à Pyeongchang,

Ça s’est passé le 31 janvier dernier à l’approche des JO 2018 mais loin, très loin des patinoires (sur le bitume, en l’occurrence) : le nouveau propriétaire de la Formule 1, Liberty Media, a décidé de mettre un terme à la tradition des grid girls, les jeunes femmes, choisies pour leur plastique, qui indiquent l’emplacement des monoplaces. Le rapport avec le patinage artistique ? Sur la glace aussi, l’apparence des femmes – certes tout autre – compte. Trop ? L’ancienne patineuse Tonya Harding, dont le physique ne correspondait pas aux canons de beauté du milieu, répondra toujours que oui, et particulièrement quand il est question de sa rivale historique Nancy Kerrigan (on est dans les années 1990).

>> A lire aussi : On a imaginé la danse sur glace du futur avec Papadakis et Cizeron

« C’était une excellente patineuse. J’étais une excellente patineuse. Mais elle était traitée comme une vraie reine. C’était une princesse, et moi un tas de merde », s’indignait-elle dans un reportage d’ESPN. Et Philippe Candelero, cité par L’Equipe Mag, d’ajouter que « Kerrigan était la petite fée au patinage gracieux, capable de garder son sourire pendant les arabesques. Alors qu’Harding était une redoutable technicienne, une athlète d’1,57 m capable de s’élever à 1,20 m de haut pour réaliser des triples axels, mais bien moins jolie. »

Sois belle et tais-toi

Y aurait-on prêté autant d’attention si Harding avait été un homme ? On ne le saura jamais. Dans un reportage de L’Humanité daté de 2001 (qui évoque aussi des entraîneuses et des juges femmes méprisées en raison de leur sexe), l’ancienne championne de France, Laetitia Hubert, évoque en tout cas un milieu [où] cela peut vite devenir "sois belle et tais-toi". On est toujours trop grosse, mal coiffée, mal habillée. » Gabriella Papadakis, que l’on a eu au bout du fil deux semaines avant les Jeux olympiques de Pyeongchang, tire dans le même sens mais plus discrètement.

« Il y a beaucoup de pression sur la façon dont les filles présentent leur corps et puis leur esthétique. Il y a beaucoup de pression là-dessus qu’il n’y a pas forcément chez les hommes et ça, c’est quelque chose qui reste à évoluer [sic], je pense. »

À l’occasion du programme court de danse sur glace, lundi, la jeune Française au visage parfaitement maquillé, arborait une robe non moins sophistiquée contrastant avec la tenue noire de son partenaire au style, certes impeccable, mais moins apprêté. L’univers du patinage artistique serait-il sexiste ? « C’est une question à laquelle il est difficile de répondre. Je ne dis pas qu’aucune femme dans le milieu du patinage ne fait l’objet de misogynie, qu’elles ne font pas parfois l’objet de remarques sur leur physique, le fait qu’elles soient minces, qu’elles soient belles, etc. Mais c’est un sport qui est esthétique et où il n’y a pas de misogynie à proprement parler dans son essence », rétorque de son côté Guillaume Cizeron.

>> A lire aussi : VIDEO. Patinage artistique. «Je suis dépitée», confie la styliste de Gabriella Papadakis après le souci de costume aux JO

La faute à la société

Philippe Candelero, contacté par 20 Minutes, justifie le strass et les paillettes des patineuses par les origines culturelles de la discipline. « Ça fait partie de notre univers, c’est comme la danse de salon, comme Danse avec les stars. Si vous ne mettez pas les robes échancrées avec les dos bien nus, le maquillage et les coiffures qui vont avec… C’est une danse de société mise en place sur la glace qu’on fait. Si vous enlevez tout ça, vous n’avez plus le charme de la création de ce truc-là. » « Société » est ici le mot clé. Responsable com de l’association Femix Sports, Patrick Chevalier définit cette particularité du patinage comme découlant de celle-ci.

« Ce n’est pas spécialement propre au patinage artistique. Cela ne fait que se répercuter dans ce sport, ni plus ni moins. Patinage ou pas, on demande toujours à une femme, quand elle monte sur un podium, de se maquiller, de se mettre du rouge à lèvres. Même dans les magasins, dans la mode, les vêtements des hommes sont très souvent plus sobres, moins colorés. »

Les vêtements excentriques de Gabriella Papadakis​ et de ses consœurs présentent néanmoins l’avantage de les mettre en avant (« les hommes, on les regarde moins car ils sont plus neutres dans le costume, ils sont habillés en noir, le haut, le pantalon, ça brille moins », confie Candelero), en plus d’être littéralement souvent au premier plan. Au point de donner à l’homme la sensation d’être un personnage secondaire du spectacle. « Pour les hommes, je dirais même qu’il y a un peu un rôle de potiche, même si c’est moins vrai maintenant, et la femme en bénéficie, dans le sens où ce sont elles, les déesses. On voit parfois les femmes danser plus que les hommes, tout simplement parce qu’elles sont meilleures », s’incline Guillaume Cizeron.

Les femmes peuvent porter des pantalons depuis 2006

Là encore, tout le monde se rejoint, et même Nelson Monfort y va de son expertise : « En patinage, aux Mondiaux de Moscou, les compétitions dames ont été les plus belles et les plus relevées. » Et, pour revenir sur le terrain de l’égalité des sexes, Gabriella Papadakis rappelle que « les portés sont autorisés dans les deux sens », en appuyant son argument avec l’exemple de Peizerat et Anissina, « les premiers à l’avoir fait. Moi je n’en suis pas capable (elle rit). Donc, avec Guillaume, on ne le fait pas, parce que ce serait idiot. Mais ça arrive que des partenaires de gabarit similaire en fassent. »

Tout comme il arrive que des femmes portent des pantalons pendant leurs programmes (un droit de plus par rapport au sexe opposé, interdit de collants). Maé-Bérénice Méité l’a d’ailleurs osé lors de ces JO 2018. De fait, elles ont le droit de le faire depuis 2006 (2008 pour la danse). Mais, curieusement, aucune aspirante à l’or n’a jusqu’ici eu l’audace d’en faire de même.