France-Irlande: Les Bleus poignardés par un drop de Sexton à la dernière seconde...Le match à revivre en direct

RUGBY Le XV de France new-look entame son tournoi contre le grand favori (avec l'Angleterre)...

J.L.

— 

Kevin Gourdon (à gauche) face à Jonathan Sexton, lors de France-Irlande, samedi 3 février.

Kevin Gourdon (à gauche) face à Jonathan Sexton, lors de France-Irlande, samedi 3 février. — CHRISTOPHE SIMON / AFP

FRANCE - IRLANDE 13-15 (score final)

Bon ben je vais vous laisser sur cette immense déception. Les Bleus avaient fait le plus dur sur un exploit personnel de Thomas et ils perdent sur la toute fin avec en plus deux blessures possiblement graves pour Jalibert et Dupond. Dur dur...

19h47Brunel au micro de France > "On n'était pas favoris. C'est uen décepition parce que les gens ont mis beaucoup de courage mais on a été un pue trop panlisés et on prend ce drop à la 83e; ON a perdu mais on a montré de belles choses. On va essayer de garder le positif et continuer à avancer. On a montré de la persévérance. On a su faire basculer le score, on marque le seul essai, on a montré de la solidarité". 

85e: SEXTON PASSE LE DROP DE LA GAGNE. A 45 mètres, autant dire au bout du monde. Quel joueur bordel. Mais que de regrets, alors qu'on avait une pénalité inratable trois minutes avant...

83e: C'EST PAS POSSIBLE. C'EST PAS POSSIBLE. MAIS C'EST PAS POSSIBLE !!!!!

82e: 67e PHASE DE JEU. LES IRLANDAIS SONT A 40 METRES. 

80e: ATTENTION ON EST A PORTEE DE DROP. ATTENTION. 

79e: MAIS DECOUPEZ- LES MOI BORDEL DE DIEU

77e: Belleau qui trouve le moyen de la manquer. Trois minutes à tenir . les Irlandais ont 60 mètres à faire pour marquer. PAS DE FAUTE. 

76e: ET NOTRE MELEE QUI VA CHERCHER LA PENALITE !!!! 

75e: Ah merde encore le genou, cette fois pour Dupont. Sur un appui en plus. Ca sent pas bon pour le demi de mêlée toulousain. 

74e: L'en-avant couillon des Irlandais juste sur le coup d'envoi. Si c'est pas un signe qu'on va gagner ce match...

72e: TEDDY THOMAAAAAAAAAAAAAAAASSSSS !!! La traversée qui sort de nulle part!!! L'ailier du Racing qui part de son couloir et qui transperce la défens des Verts. On va passer devant. Miracle total. 

 

 

70e: ENFIN UN JEU AU PIED INTELLIGENT DE BELLEAU. La daigonale pour Vakatawa; Mais en en faut plus pour faire hausser un sourci aux Irlandais. 

67e: On vient de reculer de 20 mètres avec le ballon alors qu'on avait une touche à l'entrée des 22. Je sais pas si c'est une question de manque de créativité ou de défense infranchissable, mais un peu des deux sans doute. 

65e: J'allais presque dire du bien d'une attaque française et puis Nigel Owens a décidé de mettre fin à la plaisanterie en nous sanctionnant pour une raison obscure. Et on repart dans notre camp...

63e: Autant pour moi, Sexton la rate alors que franchement, à cette distance, c'est du 99% d'habitude. 12-6, donc. On reste dans le coup. 

 

 

61e: Allez encore trois points offerts par capitaine Guirado. La distribution de cadeaux continue, on se croirait à la tombola de la boîte quand tu te retrouves avec du rouge à lèvres. 15-6. 

59e: Réponse >> Rien du tout. Mieux que ça, on rend le ballon aux Irlandais sur une pénalité. Elle est pas belle la vie? 

57e: Premier en-avant de Kearney sous une chandelle depuis 27 ans. On en profite pour prendre une bonne mêlée à 40 mètres. A voir ce qu'on peut en faire. 

53e: HERCULE POIROT QUI ARRACHE UNE PENALITE. IL n'y a que comme ça qu'on peut y arriver aujourd'hui. Machenaud nous ramène à six points. Allez, on fait semblat d'y croire. 

51e: On s'en sort en récupérant le ballon je sais pas trop comment. Heureusement qu'on lâche pas en défense. Long jeu au pied de machenaud derrière mais Thomas arrive trop tard pour disputer le ballon. 

49e: Alors que nous sommes actuellement sous assistance respiratoire dans nos 22 mètres. Ca sent la rupture. 

45e: Le mauvais réflexe d'un français qui prend le ballon en revenant vers son camp. Evidemment il est deux mètres hors-jeu. Evidemment, la pénalité est immanquable. 12-3. 

43e: Les Bleus sont revenus plein de bonnes intentions. Mais à aucun moment ils destabilisent le premier rideau défensif irlandais. Et finissent par perdre le ballon sur du jeu au sol...

41e: On est repartis au Stade de France. Toujours sans Jalibert qui n'est pas revenu sur le terrain après avoir pris un 33 tonnes sur le genou. 

Mi-temps à Saint-Denis. Les Bleus sont dans le match, mais très franchement, j'ai la sensation que l'Irlande maîtrise son sujet sans forcer. Aucune occasion d'essai à se mettre sous la dent. On va se dire qu'il y aura plus d'espaces après le repos...

38e: NOOOOOOON SEBASTIEN. Pourquoi tu vas offrir cette pénalité en face des poteaux. Cela dit, pour moi, le père Nigel est un brin sévère. Ca va faire 9-3 pour l'Irlande. 

36e: Deuxième mort du match, cette-fois côté des tout verts. Der Dlier range le clignotant, c'est Bernard-Henry Leavy qui le remplace. Balle sur nos 40 mètres, possession irlandaise. 

35e: CA PAAAAAAAAAAAAAASSE. 6-3. C'est pas si mal vu notre impuissance à faire des différences avec le ballon. Mais quel défense des Bleus à l'impact, ça fait plaisir. 

 

 

33e: ET ENCORE UN BALLON GRATTE AU SOL. Guirado qui vient avaler Kearney au sol. Ca fait une pénalité assez facile pour Machenaud (en principe)/ 

32e: Le beau contest de la doublette Poirot-Vatakawa en bout de ligne nous permet de osuffler un peu. Bien défendu les petits. 

31eATTENTION INVASION DES VERTS DANS NOS 22. Fermez les écoutilles. 

28e: AIE AIE AIE LE GENOU DE JALIBERT. Bon je pense pas que ce soit les croisés mais la violence du choc sur cete charge de buffle d'Aki. Je vois pas comment il va reprendre. Belleau se prépare sur la touche. 

24e: Action confuse qui nous permet de nous rapprocher de la ligne irlandaise mais super job de Kearney pour résister aux plaquages et attendre son soutien. Un coup d'épée dans l'eau. Un de plus. 

22e: Deuxième fois que les Verts font preuve d'un peu d'ambition avec le ballon, deuxième fois que ça se termine par une pénalité en face des poteaux. 0-6. 

19e: Comment on peut faire une introduction pas droite sur une mêlée pour nous juste sur les 22 mètres rouquins? Un mystère pour moi

17e: La première percée de Jalibert! Il avait passé les bras pour Vatakawa mais il avait environ 5 cm pour déborder dans son couloir. Ca finit donc en touche. Dommage. 

14e: Les Irlandais ne s'emmerdent pas. On fixe sur un ou deux temps de jeu et on balance une chandelle ou un jeu au pied long. C'est méthodique pas pas bien sexy non plus. 

11e: Premier bilan > On a le ballon, mais on n'en fait rien d'utile et on ne tape jamais au pied par-dessus. Comme avec Novès quoi. 

9e: Je veux pas être médisant, mais la défense irlandaise a l'air de s'amuser à nous voir faire des Aller-retours large/large sans trouver aucune faille. En-avant, mêlée verte. 

8e: Allez première grosse séquence française en attaque. C'est du rugby à une passe mais on avance à l'impact. Nous voilà presque sur les 22 adverses.

4e: On y revient déjà, malgré une première attaque intéressante au large après un ruck pooussif des Irlandais. Mais on paume la touche sur la ligne médiane. Et Sexton déroule au pied. 

2e: On est déjà sur les talons en défense. La première combinaison des Verts nous envoie directement dans nos 22 mètres. Kearney est bien stoppé en bout de ligne mais Sexton prend les 3 points. 

1e: ALLEZ C'EST PARTI. Coup d'envoi du minot Jalibert. On attend rien de ce match, alors sait-on jamais, c'est peut-être le début du renouveau tricolore. 

17h44: Petit point statstique avant le coup d'envoi. La France n'a jamais perdu deux fois de suite le match d'ouverture du tournoi. Logique étant donné qu'on reçoit une fois sur deux. Mais on sait que le rugby français bat tous ses pires records récemment. 

 

17h39Salut tout le monde, ca vient enfin d'en finir au tennis où les Bleus ont pris l'avantage contre les Pays-Bas. J'espère pouvoir vous en dire autant d'ici deux heures contre l'Irlande...

Nous y voilà. Un mois après le licenciement ubuesque de Guy Novès, lâché en rase campagne par Bernard Laporte, le XV de France attaque le tournoi des VI Nations par la face nord après 10 jours d’entraînement en commun après le nouveau staff emmené par Jacques Brunel, et avec une tripotée de blessés. De là à dire qu'on est moyennement optimistes​…Il y a un pas qu’on franchit allègrement. Mais impossible n’est pas français, paraît-il…