Asvel: «Je ne lui donne pas le job pour lui faire plaisir»… Tony Parker met les choses au point après avoir nommé son frère coach

BASKET Le président de l'Asvel revient sur la nomination surprise de son frère cadet TJ Parker (33 ans) à la tête de l'Asvel...

Jérémy Laugier

— 

Tony Parker, ici en décembre lors d'un match NBA entre les Spurs et Utah.
Tony Parker, ici en décembre lors d'un match NBA entre les Spurs et Utah. — Melissa Majchrzak / NBAE / Getty Images / AFP
  • Pour sa première comme entraîneur de l’Asvel, TJ Parker l’a emporté mercredi face à Limoges (92-78) en Eurocoupe.
  • Malgré ce bon départ, de nombreuses interrogations existent au sujet de la nomination du coach de 33 ans par son grand frère.
  • Tony Parker a expliqué son choix ce jeudi dans « L’Equipe ».

TJ Parker n’a pas manqué ses débuts mercredi comme entraîneur principal de l’Asvel, avec une victoire (92-78) contre Limoges en Eurocoupe. La première réaction de son grand frère et président du club villeurbannais était très attendue après cette nomination surprise. « TP » s’est exprimé ce jeudi dans L’Equipe après le succès des Spurs à Brooklyn.

« Voir mon frère dans un rôle comme ça, c’est beaucoup d’émotions, reconnaît le meneur de jeu de San Antonio. J’ai confiance en lui. Il a le contrôle de l’équipe. Je sais qu’il ne va pas se laisser faire et on avait besoin de quelqu’un de dur avec les joueurs. » Se tourner vers son frère TJ (33 ans), adjoint à l’Asvel depuis quatre ans et demi avant d’être propulsé en première ligne à la suite du limogeage de JD Jackson lundi, suscite de nombreuses interrogations.

« C’est mal connaître la famille Parker… »

« Les gens pourront dire ce qu’ils veulent mais pour moi, il a les compétences, assure Tony Parker. Je ne lui donne pas le job pour lui faire plaisir, c’est mal me connaître. Et je n’aurai pas d’états d’âme. TJ connaît les règles du jeu. Et s’il n’y a pas de résultats, il faudra que je fasse des changements. Il le sait très bien. Il a sa chance pendant six mois et on fera ensuite le bilan sur les performances du club. » Un défi de taille pour un coach novice puisque l’Asvel, actuellement 7e en Pro A, vise ouvertement un 19e titre de champion en fin de saison au vu des moyens consentis (plus gros budget de l’histoire du championnat avec 8,27 millions d’euros).

Et si l’histoire familiale devait tourner court, cela n’aurait-il pas de conséquences entre les frangins ? « C’est mal connaître la famille Parker de penser que ça pourrait nous séparer, confie l’ancien meneur des Bleus. Ça me fait rigoler, ceux qui pensent que cela va changer le lien dans notre famille. Si ça ne marche pas, il m’aimera toujours, je l’aimerais toujours et au moins, il sera fier et content que je lui ai donné sa chance. »