Dopage: Le président de l'UCI souhaite interdire les corticoïdes à partir de la saison 2019

CYCLISME David Lappartient veut une tolérance zéro pour les corticoïdes...

W.P.

— 

David Lappartient, président de l'UCI
David Lappartient, président de l'UCI — Cornelius Poppe/AP/SIPA

Etonnamment, ils ne figurent pas sur la liste des produits interdits par l’Agence mondiale antidopage. Pourtant, les corticoïdes sont une cible à abattre pour le président de l’Union cycliste internationale récemment élu, David Lappartient. Ce dernier souhaite les bannir du cyclisme avant le coup d’envoi de la saison 2019. Autrement dit, il se laisse un an pour agir.

Le boss de l’UCI a précisé sur le site Cyclingtips.com qu’un coureur pourrait, par exemple, être sanctionné d’une interdiction de départ temporaire en cas d’utilisation de corticoïdes. « Par exemple, le coureur est laissé de côté pendant quinze jours et revient quand tout est en ordre », illustre-t-il.

Les cyclistes sous traitement devront s’arrêter

Quid de l’utilisation de corticoïdes dans le cadre d’un traitement médical ? Lappartient, toujours :

« Si vous avez besoin de corticoïdes parce que votre santé n’est pas bonne, oui, vous pouvez les avoir. Mais dans ce cas, vous devez arrêter de faire du vélo si vous êtes malade. Parce que quand vous prenez des corticoïdes, votre niveau de cortisol (naturel) diminue. Et si vous avez un faible niveau, alors vous devez être arrêté et revenir quand votre niveau sera normal. »

Les corticoïdes sont notamment prescrits pour traiter l’asthme. Un problème dans la mesure où l’asthme d’effort est monnaie courante dans le peloton et dans le sport de haut niveau en général. L’AMA avait, quant à elle, émis des doutes quant à une telle interdiction en début d’année.