Tour de France 2017: Démare gagne, Sagan pète un câble et se fait exclure… C’était quoi ce sprint de malades?

CYCLISME On s’est embêté pendant 3 heures, mais les deux dernières minutes ont été folles…

B.V.

— 

Arnaud Démare s'impose pour la première fois sur le Tour 2017 au sprint.
Arnaud Démare s'impose pour la première fois sur le Tour 2017 au sprint. — JEFF PACHOUD / AFP

Ça valait le coup de s’ennuyer. Une après-midi de sieste devant l’échappée solitaire de Guillaume Van Keirsbulck et quelques minutes d’excitation totale, voila le résumé de cette4e étape du Tour de France entre Mondorf-les-Bains et Vittel (207,5km). A deux kilomètres de l’arrivée, alors que le sprint se prépare, une première chute (sans gravité) trouble le peloton. Avant 300 derniers mètres totalement chaotiques qui débouchent sur deux grandes nouvelles :

  • La première victoire sur le Tour de notre champion de France Arnaud Démare
  • L’exclusion de Peter Sagan, coupable d’un coup de coude provoquant la chute de Mark Cavendish

Commençons par celui qui le mérite. Il s’appelle Arnaud Démare et après sa 2e place dimanche et sa 6e lundi, il a enfin remporté sa première victoire sur le Tour de France, confirmant qu’il fait désormais partie de la upper class des grosses cuisses. « Il arrive à maturité », s’extasiait Marc Madiot, son directeur sportif chez les FDJ après sa victoire. On a très envie de le croire, tant le Français a dominé ce sprint à Vittel.

« Il est en confiance, il est sûr de sa force, ressent le consultant Eurosport, Steve Chainel. Il croit en lui et si ça sourit, il peut faire une grosse razzia sur ce Tour de France. Ce n’est pas une surprise, il fait partie des tout meilleurs désormais. »

En revanche, Peter Sagan va, lui, s’arrêter à une victoire d’étape. C’est déjà pas mal, me direz-vous, sauf que le double champion du monde slovaque, cinq fois vainqueur du maillot vert sur le Tour, dégage de la Grande Boucle avec une belle polémique.

Auteur d’un coup de coude sur Mark Cavendish qui a fait terminer l’Anglais dans les balustrades, il a été exclu par les commissaires « pour avoir sérieusement mis en danger plusieurs coureurs dans le sprint à Vittel ». Une décision « sévère mais pas illogique » pour Steve Chainel. « Il y a un coup de coude volontaire, le règlement est appliqué même s’il s’agit d’une star comme Peter Sagan », poursuit-il.

Ancien sprinteur français, Jean-Patrick Nazon est nuancé. « On a vu pire. C’est marquant car c’est dans les 50 derniers mètres mais c’est classique dans un sprint, même si ce n’est pas une gestuelle habituelle de Peter Sagan. » De quoi créer une jurisprudence ? « Les sprints sont de plus en plus dangereux, conclut Chainel. Si on ne fait rien, on va droit à la catastrophe. »