Supporters et actionnaires: À Guingamp, l'actionnariat populaire casse la baraque

FOOTBALL Deux fois plus de supporters-actionnaires que d'habitants dans la ville...

A.L.G. avec AFP

— 

Les supporters guingampais sont entrés au capital de leur club de cœur.
Les supporters guingampais sont entrés au capital de leur club de cœur. — JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
  • L'En Avant de Guingamp est devenu le premier club pro français à se lancer dans l'actionnariat populaire.
  • La barre des 15.000 supporters-actionnaires a été franchie.

Quand on évoque l’En Avant de Guingamp, difficile de ne pas retrouver trace dans un article de la fameuse comparaison entre le nombre d’habitants de ce petit bled costarmoricain (environ 7.000 âmes) et le nombre de places dans son stade du Roudourou (18.400). Et bien on pourra aujourd’hui en rajouter une couche en comparant cette fois-ci le nombre d’habitants de Guingamp et le nombre de supporters-actionnaires liés au club à la suite du lancement de l’opération « Kalon » (cœur, en français).

Premier club français à se lancer dans l’actionnariat populaire

En effet, il y a quelques semaines, les dirigeants guingampais, en lançant une levée de fonds auprès de leurs supporters, ont fait de l’EAG le premier club professionnel de France à intégrer des supporters à son capital. L’idée est simple : en lâchant une petite somme (40 euros par fan), les supporters qui le souhaitaient ont pu devenir actionnaires de leur club de cœur.

>> A lire aussi: «On veut défendre un football populaire, à l’ancienne», déclare le président guingampais Bertrand Desplat

Et aujourd’hui, le bilan semble très positif. Ainsi, entre le 25 février et le 29 avril dernier, le club a enregistré 15.202 inscriptions. Le président Bertrand Desplat avait indiqué espérer un nombre de Kalons proche de la population guingampaise, soit environ 7.000. C’est finalement plus du double, et même bien plus que le nombre d’abonnés cette saison - aux alentours de 10.000 - qui ont marqué leur attachement à ce club populaire par excellence.

Avec l’argent récolté, l’association « Le Club des Kalons EAG » va acheter des actions de la société anonyme En Avant de Guingamp qui gère le club. Elle va prochainement se doter d’un bureau et élire un président qui participera à l’assemblée générale des actionnaires du club. L’association aura aussi la charge de la gestion des activités caritatives du club.

Des Paysans à travers le monde

Sur la carte interactive figurant sur le site et qui recense chaque Kalon, on peut voir que l’opération a été suivie en Australie, au Japon, à Singapour, en Côte d’Ivoire, au Canada, aux États-Unis, au Chili, en Bolivie, en Colombie…

Cet été, un « mur des Kalons » sera construit près du stade du Roudourou pour accueillir une plaque nominative pour chacun des souscripteurs. On veut « montrer qu’il peut exister un autre modèle de football, beaucoup plus participatif, beaucoup plus solidaire », avait expliqué Bertrand Desplat lors du lancement de l’opération.

« Aujourd’hui, on a tendance, peut-être trop à mon goût, à opposer supporters et dirigeants, a poursuivi le président d’EAG. Et donc c’est important que demain ces supporters puissent donner leurs idées, leur avis sur les projets du club. On les décidait à 141 actionnaires avant, demain on les décidera avec un 142e actionnaire. » C’est aussi simple que ça.