Athlétisme: Cinq athlètes russes avouent s'être dopés en 2012 et 2013

POLEMIQUE C'est la première fois que des athlètes contrôlés positif reconnaissent avoir usé de substances interdites...

W.P., avec AFP

— 

Antonina Krivoshapka
Antonina Krivoshapka — LOIC VENANCE / AFP
  • Deux médaillées d'argent déchues des JO 2012 ont reconnu s'être dopées.
  • La Fédération russe d'athlétisme espère que cette démarche lui permettra de redorer son image.

C'est une première depuis le début de la vaste polémique faisant état d'un dopage institutionnalisé en Russie: cinq athlètes russes ont avoué avoir usé de produits interdits dans le but d'améliorer leurs performances pendant les JO de Londres en 2012 et les Championnats du monde 2013, a annoncé jeudi la Fédération russe d'athlétisme (Rusaf).

Deux ex-médaillées d'argent aux JO de Londres concernées

Parmi ces cinq athlètes figurent Antonina Krivoshapka et Yevgenia Kolodko, déjà condamnées par le Comité international olympique (CIO) à rendre leurs médailles d'argent du relais 4x400 m et du lancer du marteau suite à la réanalyse de leurs échantillons prélevés aux JO 2012.

Les trois autres sont la lanceuse de disque Vera Ganeyeva et le sauteur à la perche Dmitry Starodubtsev, dont les contrôles positifs datent des mêmes JO, et la lanceuse de marteau Anna Bulgakova, contrôlée positive après réanalyse de ses échantillons de 2013. Tous avaient été suspendus deux ans par l'IAAF.

Améliorer l'image de la Fédération russe d'athlétisme

« C'est la première fois que nos athlètes contrôlés positifs après la réanalyse de leurs anciens échantillons sanguins admettent » leur culpabilité, a affirmé la coordinatrice antidopage de la Rusaf, Elena Ikonnikova.

D'autres athlètes pourraient les imiter dans l'espoir de voir leurs futures sanctions réduites par la Fédération internationale d'athlétisme, a-t-elle prévenu. « Nous espérons que cela aidera la Rusaf à améliorer son image » et à réintégrer l'IAAF, a ajouté Mme Ikonnikova.