Monaco-City: Et si la remontada du Barça aidait les Monégasques à construire leur exploit?

FOOTBALL La remontada a fait beaucoup de mal au foot français, sauf peut-être à Monaco...

W.P., avec AFP
— 
Jardim pourra compter sur Mbappé pour sa remontada
Jardim pourra compter sur Mbappé pour sa remontada — VALERY HACHE / AFP

La claque est terrible. La cicatrice qu’elle laissera, à jamais douloureuse pour le peuple parisien. La remontada du FC Barcelone contre le PSG au Camp Nou (6-1) a fait beaucoup de mal au football français. Déjà, parce qu’elle empêche un de ses représentants de rapporter de précieux points supplémentaires à l’indice UEFA et ensuite parce qu’elle fait passer nos clubs pour des gros nuls. C’est pas de nous mais de Leonardo Jardim en conf', vendredi (« ce n’est bon ni pour l’indice européen de la France, ni pour la représentation du pays »).

Mais voyons plus loin. La remontée catalane n’est-elle pas aussi le message d’espoir que les Monégasques avaient besoin d’entendre avant de s’attaquer à la montagne Manchester City ? Parce qu’au fond, ce match de Monaco contre les skyblues, c’est quoi sinon :

  • Une élimination pas loin d'être déjà pliée (planter deux buts sans en prendre contre équipe de Pep Guardiola, on a connu plus simple)
  • Un match retour à domicile
  • Une équipe qui s’en remet à son attaque de feu
  • Un match sans trop de pression pour l’équipe menée

Bref, la posture de l’AS Monaco ressemble sous certains aspects à celle du FC Barcelone avant de recevoir le Paris Saint-Germain (version moins désespérée quand même). Et en cela, l’impact psychologique de l’exploit de Barcelone peut avoir une influence positive sur la formation de la Principauté.

>> A lire aussi : Monaco: «Je découvre, j'apprends»... Kylian Mbappé est aussi modeste que doué (c'est dire s'il est humble)

« On peut faire une remontada nous aussi »

En fin psychologue - ou plutôt en tant que mari de psychologue – Leonardo Jardim l’a bien compris. Et n’aura pas mis beaucoup de temps avant d’exploiter le nuage d’euphorie dispersé par le Barça sur la planète football mercredi soir. « Ce n’est pas fini, a-t-il précisé évoquant la défaite 5-3 de l’aller à Manchester City. Il n’y a que deux buts de différence. On peut faire une remontada nous aussi », a-t-il ainsi annoncé vendredi en conférence de presse d’avant-victoire contre Bordeaux.

Forcément, le discours optimiste déteint sur la meute. C’était d’ailleurs le but. Du coup, Bernardo Silva se met à y croire à son tour :

« Il faudra faire un match exceptionnel. On sait que City est bien actuellement. Mais […] on peut le faire. On a cette ambition, ensuite on verra. »

La meilleure attaque, c’est l’attaque

La remontada, c’est aussi l’éloge de l’offensive sans limites. Le FC Barcelone a rappelé au monde que le meilleur moyen de faire des miracles était de marquer des buts, plein de buts. Surtout quand on a les moyens de le faire. Et ça tombe bien. L’ASM possède la meilleure attaque d’Europe (si l’on ne compte que les championnats nationaux) avec 84 réalisations. Bernardo, toujours :

« On sait également qu’offensivement, on est capables de marquer. Monaco marque beaucoup. En plus, on a Falcao qui est actuellement dans une bonne période. Il marque, aide par son travail défensif. »

 

A condition que le Colombien soit là, bien sûr. Touché à la hanche droite après avoir un choc avec un Girondin, samedi, le Tigre n’a joué que 30 minutes ce week-end et inquiète. « Je me sens bien, je me sens prêt. Maintenant, j’espère aider l’équipe à 100 % », a-t-il néanmoins tempéré.

Cela vaudrait mieux pour l’ASM. Avec Falcao, Monaco tiendrait aussi son trio de feu, la BFM (Bernardo, Falcao, Mbappé). Et là, ça ferait quand même pas mal de points communs avec le Barça. Tremble, Manchester City. Tremble, Pep Guardiola.