Frankie Fredericks, lors des Jeux Olympiques, le 29 juillet 2012
Frankie Fredericks, lors des Jeux Olympiques, le 29 juillet 2012 — FINDLAY KEMBER / AFP

JEUX OLYMPIQUES

Corruption: Le président de la Commission d'évaluation des JO 2024 démissionne

Frankie Frédéricks quitte ses fonctions après les révélations publiées dans le journal Le Monde…

L’ancien athlète namibien Frankie Fredericks a annoncé mardi qu’il démissionnait de la présidence de la Commission d’évaluation des jeux Olympiques 2024, suite aux soupçons de corruption concernant l’attribution des jeux de Rio 2016, auxquels son nom est associé depuis un article paru dans le journal le Monde samedi 4 mars.

Le quotidien avance que Frankie Fredericks a reçu un versement de 299.300 dollars le jour même de l’attribution des jeux Olympiques par le Comité international olympique (CIO) à Rio, le 2 octobre 2009 à Copenhague.

>> A lire aussi : Des athlètes russes dopés auraient acheté leur «protection totale» à des responsable de l'IAAF

« Je démissionne de mon poste de président de la Commission d’évaluation des JO-2024 car il est essentiel que le travail important fait par mes collègues soit considéré comme mené de façon juste et impartiale », explique Fredericks dans un communiqué. « Paris et Los Angeles présentent deux candidatures fantastiques et je ne veux pas devenir un élément perturbateur dans cette grande compétition », a-t-il ajouté.

>> A lire aussi : JO 2020: Circulez il n'y a rien à voir, une enquête affirme qu'il n'y a pas eu de corruption dans la candidature de Tokyo

Membre du CIO depuis 2012, l’ancien champion du monde du 200 m précise qu’il ne participera pas au vote pour la désignation de la ville hôte des JO-2024, en septembre prochain à Lima. Lundi, la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) avait annoncé de son côté que Fredericks avait été remplacé au sein du groupe de travail de l’instance sur la réintégration de l’athlétisme russe accusé de dopage institutionnalisé.

L’ancien sprinteur assure que ce versement a été réalisé « conformément à un contrat daté du 11 mars 2007 », « pour services rendus entre 2007 et 2011 », et que le paiement « n’a rien à voir avec les jeux Olympiques ».