Donald Trump et l'immigration s'invitent au Super Bowl

ETATS-UNIS La finale du football américain entre Atlanta et New England, c'est dans la nuit de dimanche à lundi...

Philippe Berry
— 
Le Super Bowl LI (51) se déroule à Houston, au Texas.
Le Super Bowl LI (51) se déroule à Houston, au Texas. — M.GASH/SIPA/AP

Pendant longtemps, le Super Bowl était l’événement le plus apolitique de l’année. Plus de 100 millions d’Américains se retrouvaient devant la télé, unis par leur amour du sport, des chips et de la Bud light. Mais les choses sont en train de changer. Après l’élection de Donald Trump, et en pleine polémique sur l’immigration, les annonceurs et les artistes donnent de la voix. Pour les couche-tard, on vous rappelle que l’événement sera à suivre en direct 20 Minutes à partir de 23h30, dimanche.

Lady Gaga au micro

Elle fait planer le suspense mais on a du mal à croire que la chanteuse n’utilisera pas cette tribune ultra-médiatique pour parler de sa bad romance avec Donald Trump. En conférence de presse, jeudi, elle a promis un message « d’égalité, d’amour, de compassion et d’intégration ». L’an dernier, Beyoncé s’était découvert une conscience sociale et avait divisé l’opinion avec son hommage aux Black Panthers. Et selon les rumeurs, Queen B pourrait bien refaire une apparition. On attend le tweet de Trump : « Beyoncé est la chanteuse la plus surestimée de l’histoire. »

Budweiser, ceci n’est pas une pub politique

En général, Budweiser propose des pubs très engagées mettant en scène des chiots et des chevaux. Cette année, le ton est différent. Le géant de la bière a choisi de claquer 10 millions de dollars (le tarif, c’est 5 millions les 30 secondes) avec le spot « Born the hard way » (« Né dans la difficulté »). C’est l’histoire du cofondateur Adolphus Busch, venu d’Allemagne en bateau. A son arrivée, il entend quelques messages très accueillants comme : « T’as pas l’air d’être du coin, on ne veut pas de toi ici. » Il ne manque que le hashtag #weareallimmigrants. Evidemment, la pub a été louée par les gauchistes et attaquée par tous les supporteurs de Trump.

L’entreprise le jure pourtant, « il n’y a aucun lien avec ce qu’il se passe dans le pays en ce moment. » Ouais, et la pub des producteurs mexicains d’avocats n’a rien à voir avec la guerre commerciale qui se profile non plus.

Tom Brady, « l’ami » de Donald Trump

Il a de plus en plus de mal à esquiver les questions. La star de New England, qui avait pris soin d’accrocher une casquette « Make America Great Again » dans son casier de vestiaire, l’an dernier, est l’ami de Donald Trump. Mais alors que les journalistes l’interpellent avec insistance pour qu’il prenne position sur le décret anti-immigration, Brady « refuse de parler politique ». « Ce qu’il se passe dans le monde ? Je n’y ai pas trop fait attention, je suis quelqu’un de très positif », répond-il. Finalement, il faut poser la question à sa femme, la Brésilienne Gisele Bündchen, qui s’engage sur Twitter : « Ce qui fait la force de l’humanité est sa diversité ». Tu vois, Tom, ce n’est pas si difficile de se mouiller.