Fernando Alonso fait languir le paddock

Jérôme Capton - ©2007 20 minutes

— 

Libéré de son contrat par McLaren, Fernando Alonso n'a toujours pas fait son choix. D'un côté, Renault lui fait de l'oeil sans se cacher, mais exige un contrat de trois ans, ce qui ne semble pas emballer le pilote espagnol. De l'autre, Toyota aurait offert un chèque en blanc au double champion du monde afin qu'il rejoigne immédiatement l'écurie japonaise en mal de résultats. L'écurie Red Bull serait également sur les rangs.

« Fernando est en vacances, il n'y a pas d'urgence », a concédé Luis Garcia Abad, son agent, à la BBC. « Je n'ai aucune nouvelle de Fernando », a d'ailleurs reconnu Flavio Briatore, le patron de Renault F1. « Les relations avec Renault se sont tendues depuis une semaine après une réunion entre les deux parties (...) Alonso est agacé par la pression que veut lui mettre Briatore », a annoncé hier Telecinco, diffuseur de la F1 en Espagne. Ce qui semble surtout intéresser Alonso, c'est la possibilité à plus ou moins long terme de rejoindre Ferrari. Autrement dit, si l'Espagnol peut signer en 2009 au sein de la Scuderia, qui compte sur Kimi Räikkönen et Felipa Massa en 2008, inutile de s'engager ailleurs très longtemps.

D'autres pilotes sont du coup suspendus aux lèvres de l'ancien champion du monde. Toyota et Red Bull devront libérer un de leurs pilotes si Alonso venait, tandis que Renault n'a pour l'instant confirmé ni Fisichella, ni Kovalainen. Et évidemment, pendant ce temps-là, McLaren cherche toujours un remplaçant à Alonso.