Syrie: L'Etat islamique suspend des arbitres de foot car les lois de la FIFA «ne respectent pas la charia»

FOOTBALL L'Etat islamique a suspendu des arbitres dans la ville de Deir Ez-zor

W.P.

— 

Un arbitre assistant signalant un hors-jeu
Un arbitre assistant signalant un hors-jeu — Don Feria/ISI/Shutterst/SIPA

L’Etat islamique a suspendu des arbitres de football à Deir Ez-zor, l’un de ses bastions syriens, sous prétexte qu’ils suivaient les lois de la FIFA et non celles de la charia comme l’impose le régime, selon un rapport de l’observatoire britannique des droits de l’homme implanté en Syrie (SOHR).

Les joueurs blessés ont le droit de se venger

Des sources anonymes ont révélé au SOHR que l’EI juge illégitimes les lois de la FIFA notamment sur la question des blessures pendant une rencontre. Selon les autorités du régime, les joueurs blessés par un adversaire doivent avoir le droit de demander réparation ou de se venger directement, ce que ne permettent évidemment pas les lois de la FIFA.

Plus globalement, l’EI a banni ces arbitres car ils « ne jugent pas d’après ce qu’Allah a révélé » et « violent l’ordre d’Allah et la Sunna ».

Danse et sites internet étrangers interdits

Cette loi a été décidée par des tribunaux établis par l’Etat islamique pour statuer sur les questions de la jurisprudence islamique selon son idéologie extrémiste. Ce sont ces mêmes tribunaux qui ont par exemple interdit la danse ou encore l’accès aux sites internets étrangers.