JO 2016: «Sun Yang, il pisse violet»... La bête de punchline de Camille Lacourt

NATATION Le Français termine sa carrière olympique sur une ultime déception -après sa 4e place à Londres- et sans la moindre médaille…

B.V.

— 

Camille Lacourt, déçu après sa cinquième place en finale des JO le 8 août 2016.
Camille Lacourt, déçu après sa cinquième place en finale des JO le 8 août 2016. — Odd Andersen / AFP

De notre envoyé spécial à Rio,

C’est donc en zone mixte que Camille Lacourt a été le meilleur, lundi soir. Seulement cinquième de la finale du 100 mètres dos sans jamais avoir vraiment cru au podium, le Français termine sa carrière olympique sur une ultime déception – après sa 4e place à Londres – et sans la moindre médaille. Mais avec un certain panache devant les micros des radios françaises : « Ça me déplaît d’être battu par un Chinois. En même temps, je vois le podium du 200m libre, ça me donne envie de vomir. […] Ca me dégoûte de voir des gens qui ont triché sur le podium. Sun Yang, il pisse violet. »

Punchline du siècle. Et tant pis si Sun Yang n’était même pas dans sa course, si le Chinois devant lui, Xu Jiayu, n'a jamais été convaincu de dopage ou si ça le fait passer pour un mauvais perdant. Lacourt n’a plus qu’une course dans sa carrière, le 4x100 4 nages, alors c’est le bon moment pour balancer ce qu’il a à balancer. « Je suis très triste de voir mon sport évoluer de cette façon. J’ai l’impression de voir de l’athlétisme avec deux ou trois dopés dans chaque finale. J’espère que la Fina va vite réagir et arrêter ce massacre parce que ça devient triste… Je n’ai jamais pris de produits interdits. Mais à voir les autres, ça a l’air. De toute façon, ils n’ont rien à faire dans un sport. Ils ont qu’à faire une Fédé de chargés et s’amuser entre eux. »

>> A lire aussi : JO 2016: Le sport est malade, la star des Jeux va encore être le dopage

Beaucoup moins offensif devant la presse écrite, Camille Lacourt s’est ensuite contenté de faire le bilan de la course et de sa carrière. Avec un poil moins d’amertume. « J’ai travaillé comme un chien ces dernières années, j’ai fait tout pour être à mon meilleur niveau ce soir, explique-t-il. Mais je suis battu par meilleur que moi. Ça fait partie du jeu, ça fait partie des Jeux ». Et à moins d’un miracle sur 4x100 4 nages, ils ne lui auront jamais souri. « C’est une tristesse de pas avoir une médaille olympique dans mon palmarès, mais ce n’est pas une question de pression. Aux Jeux, c’est la même qu’aux Mondiaux. Et j’ai prouvé moult fois aux Mondiaux (quatre titres) que j’arrive à y répondre. Ce n’est pas psychologique. Je me suis fait battre par plus fort que moi. »

Il est quand même moins drôle quand il fait de la langue de bois.