Pro D2: La justice administrative confirme la rétrogradation de Tarbes

RUGBY Le club a été sanctionné à cause de sa situation financière...

V.B. avec AFP

— 

Lors du match Aurillac-Tarbes en Pro D2, le 11 septembre 2015.
Lors du match Aurillac-Tarbes en Pro D2, le 11 septembre 2015. — Anonymous587Y / CC

Le club a épuisé tous les recours, mais ça n’a pas suffi. Tarbes (Pro D2), sanctionné par les autorités du rugby en raison de sa situation financière, jouera bien en Fédérale 1 (troisième division) la saison prochaine, après le rejet lundi de son dernier recours par le Tribunal administratif de Versailles.

Fin janvier, la commission d’appel de la Fédération française de rugby (FFR) avait prononcé un retrait de 8 points et une rétrogradation du club en Fédérale 1, quel que soit son classement à la fin de la saison.

Dernière requête rejetée

Le club avait alors décidé de saisir le Comité national olympique et sportif français (CNOSF). Mais ce dernier lui avait indiqué qu’il n’y avait « pas lieu de proposer à la FFR de revenir sur la décision de sa commission fédérale d’appel du 20 janvier 2016 », avait indiqué le club dans un communiqué.

Le club pyrénéen, qui avait décidé de saisir en référé le Tribunal administratif de Versailles « territorialement compétent au siège de la FFR », en dernier recours, a vu sa requête être rejetée par la justice, dans une ordonnance rendue lundi.

Le club se dit victime d’un partenaire

Tarbes, champion de France de première division en 1920 et 1973, se dit notamment victime d’un partenaire qui avait promis de verser d’importantes sommes et aurait fourni en appui de sa promesse des documents falsifiés. Le club a d’ailleurs porté plainte pour escroquerie.

Tarbes est actuellement 13e de Pro D2 avec 49 points, un classement qui tient compte du retrait de 8 points prononcé par la commission d’appel de la FFR. La rétrogradation du club laisse Dax (15e avec 44 pts) et Provence rugby (16e avec 42 pts) à la lutte pour éviter le second billet pour la descente dans les divisions amateurs.