Caen lâchera-t-il Gouffran ?

- ©2007 20 minutes

— 

C'est devenu le feuilleton de cette fin de mercato. Convoité de longue date par le PSG, Yoan Gouffran ne sait toujours pas s'il pourra rejoindre sa région natale avant l'heure fatidique. Soit minuit, ce soir. Les dirigeants caennais refusent toujours de lâcher leur international Espoirs, dont Paris aimerait faire son titulaire sur le flanc droit, où personne n'a convaincu depuis plusieurs années.

« Ce joueur nous intéresse, mais on se heurte à une question de prix », assure le président Alain Cayzac, lequel aurait proposé 4 millions d'euros, soit un de moins que le prix demandé par son homologue Jean-François Fortin pour lever le statut d'« intransférable ». Perturbé par la lenteur des négociations, l'intéressé, qui traîne les pieds depuis plusieurs jours, n'a pas été retenu pour le match contre Sochaux, demain.

Si l'arrivée de Gouffran restait hier soir incertaine, celle de Marcos Venâncio de Albuquerque, dit « Ceará », est quasi effective. Débarqué hier à Paris avec son agent et le vice-président de l'Internacional Porto Alegre, le défenseur brésilien devait signer dans la foulée un contrat de trois ans moyennant une indemnité de transfert de 2,5 millions d'euros. Ceará sera mis en concurrence avec Bernard Mendy, qui avait refusé une prolongation de contrat il y a quelques semaines. Parfois aligné en latéral droit par Paul Le Guen, Youssouf Mulumbu a quant à lui été prêté pour une saison à Amiens (Ligue 2).