Les Français persistent et se résignent

- ©2007 20 minutes

— 

Ladji Doucouré éliminé en demi-finales du 110 m haies, Manuela Montebrun huitième du lancer du marteau, la France n'a toujours gagné aucune médaille à Osaka. Si la lanceuse mayennaise ne se faisait guère d'illusion, Doucouré espérait bien avoir au moins le droit de défendre son titre en finale. Mais pour un centième, le hurdler tricolore passait à la trappe. « J'étais venu à Osaka pour gagner et là, c'est déjà terminé. Mais je reviendrai, c'est promis », affirmait Doucouré. En ajoutant à cet échec le forfait du relais 4 x 100 m masculin - champion du monde en titre - en raison des blessures de David Alerte et Eddy De Lépine, la situation s'annonce bien difficile pour l'athlétisme français à onze mois des Jeux olympiques de Pékin.

Bernard Amsalem, président de la fédération française d'athlétisme, a commenté dès hier ce mauvais bilan. « C'est vrai que je m'attendais à mieux. Les espoirs étaient de trois à cinq médailles (...) Pourtant les conditions de préparation ont été excellentes. Nous sommes dans une année préolympique et peut-être que certains ont plus la tête à Pékin qu'à Osaka », a expliqué le président de la FFA. Pour Franck Chevallier, l'athlétisme français est à un tournant. « On assiste à une bascule des générations. Une nouvelle génération monte en puissance mais n'est pas encore au niveau où on pouvait l'espérer », a estimé le directeur technique national. A trois jours de la fin des Mondiaux, les derniers espoirs tricolores reposent désormais sur Romain Mesnil (saut à la perche), Yohann Diniz (marche) et les différents relais. Jérôme Capton