FC Barcelone: Pour Luis Enrique «les flatteries affaiblissent»

FOOTBALL Les Catalans affrontent l'AS Rome mardi...

A.M. avec AFP

— 

L'entraîneur du FC Barcelone Luis Enrique, le 23 novembre 2015.
L'entraîneur du FC Barcelone Luis Enrique, le 23 novembre 2015. — JOSEP LAGO / AFP

Méfiant, Luis Enrique. L'entraîneur du FC Barcelone, Luis Enrique, a ironisé sur les compliments adressés à son équipe, et rappelé que son équipe n'avait rien gagné malgré sa victoire 4-0 contre le Real Madrid, samedi. «Les flatteries affaiblissent. Nous sommes dans une période flatteuse mais l'équipe est suffisamment intelligente et les joueurs savent que jouer au football n'est pas facile ni d'atteindre les objectifs. Nous n'avons encore rien gagné», a déclaré Luis Enrique en conférence de presse à la veille du match de Ligue des champions contre l'AS Rome.

Les «azulgrana», qui reçoivent la Roma au Camp Nou mardi, sont en pleine euphorie. Ils ont humilié leur rival de toujours à l'extérieur, ont conforté leur première place en Championnat d'Espagne, avec quatre points d'avance sur l'Atletico Madrid, et ont récupéré leur star, l'Argentin Lionel Messi, qui revient de deux mois de blessure.

Messi titulaire?

Le prochain objectif du club catalan est de se qualifier pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions. Les champions en titre, leaders du groupe E, n'ont besoin pour cela que d'un match nul contre les Romains, mais une victoire leur assurerait la première place du groupe avec encore un match à jouer.

Messi devrait être titulaire, après avoir joué 30 minutes contre le Real Madrid, mais l'autre Argentin du Barça, Javier Mascherano, ne jouera pas après avoir reçu un coup lors du clasico, a annoncé l'entraîneur. Messi «est remis, sa blessure est oubliée. Il doit reprendre le rythme, et c'est quelque chose qui se fait en jouant des matchs», a dit Luis Enrique. «Nous avons été incroyables dans tous les secteurs de jeu, et finalement nous avons obtenu une victoire et une supériorité absolues», s'est félicité de son côté le latéral Dani Alvez après la démonstration du Barça à Santiago Bernabeu.