Donne des sous à ton club: Le Leetchi du supporter vient d'être inventé

FOOTBALL Avec Give In Sport, vous pouvez aider votre club à s'offrir un joueur...

Antoine Maes
— 
Capture d'écran du site de collecte en ligne Give in Sport.
Capture d'écran du site de collecte en ligne Give in Sport. — DR

Nous sommes en 2015, et plus un mois ne se passe sans que vous soyez mis à contribution. « C’est l’anniversaire de Patrick ! On a ouvert une cagnotte pour lui payer le tatouage tribal de ses rêves », vous prévient-on, alors que vous avez croisé le fameux zig trois fois chez des potes. Rassurez-vous : il est désormais possible de donner votre argent pour des cagnottes qui vont aller droit au cœur de la plupart d’entre vous. Le site Give in Sport vous permet désormais de financer… le mercato de votre club. Explication avec Boris Bergerot, cofondateur de cette start-up.

Comment ça marche ?

« Il commence à y avoir des dons », explique Boris Bergerot. Concrètement, vous allez sur le site, et vous faites un virement du montant que vous souhaitez au club de votre choix. Techniquement, les collectes fonctionnent de mercato à mercato.

Pour le moment, les cagnottes - sur lesquelles le site prélève 10 % de commission - sont ouvertes pour le recrutement de l’été 2016, mais « on a pas mal de clubs qui nous disent que dès cet hiver ça pourrait leur filer un coup de main, donc on va probablement descendre le curseur au 3 février ». Un plafond est fixé à 5000 euros par an. «Au delà, le don doit être déclaré et soumis à l'imposition sur les donations», explique Boris Bergerot.

Give in Sport peut-il vraiment lever des fonds suffisants ?

« Quand vous avez un Qatari ou un Russe capable de mettre 100 ou 200 millions d’euros, ça ne représentera peut-être pas grand-chose, admet le cofondateur de la plateforme. Mais à l’AC Ajaccio par exemple, si vos supporters se mobilisent et que grâce à la collecte vous avez 50.000 ou 100.000 euros, que vous recrutez un attaquant, et qu’il sauve votre saison… ». Mathématiquement, ça semble faisable, selon les calculs de Give in Sport : « Si vous prenez les fans sur Facebook ou Twitter, avec un faible pourcentage, si vous multipliez par 10 ou 20 euros, on peut arriver quand même à des sommes intéressantes, de plusieurs centaines de milliers d’euros ».

Margarita, si tu nous lis…

Votre don est-il déductible des impôts ?

On vous voit venir : vous êtes de ceux qui défiscalisent leur don annuel aux Restos du cœur, et vous vous dites que la différence avec un petit virement à Lille ou Toulouse (au hasard) entre dans le même cadre ? Vous avez tort. Aider des clubs en difficulté ne relève légalement pas de l’intérêt général. Peut-être que c’est discutable, mais c’est comme ça.

Pour le moment, Give in Sport revendique 356 clubs dans 20 championnats. Et sachez que rien qu’en Europe, « il y a quasiment trois milliards de dette sur le foot professionnel », explique Boris Bergerot. Alors peut-être qu’un jour…

Les clubs peuvent-ils gruger ?

Ah, ce fair-play financier qui nous empêche d’aller débaucher cet ailier argentin depuis deux ans… Et si moi, président de club, je me faisais un don à moi-même, est-ce que ça se verrait ? A priori, oui, parce que le site a mis un en place un système d’alerte sur les montants. Et après ? « Il y a une charte éthique que les clubs s’engagent à signer, assure Boris Bergerot. Par contre, nous ne sommes pas la DNCG, on ne va pas aller contrôler les comptes ». Par ailleurs, les dons entrent dans le chiffre d’affaires des clubs, et seront donc imposables au titre de l'impôt sur les sociétés.

Chiche ?

Quant à l’utilisation du pactole (si pactole il y a), il est censé servir uniquement au mercato (ce qui inclut les prolongations de contrat). Boris Bergerot : « Le supporter de Reims ne va pas mettre 20 euros pour avoir Messi. On ne peut pas imposer au club, mais il s’engage à respecter un projet de jeu. S’il y a 2 millions de collectés, ça va permettre de payer une prime pour garder tel joueur, ou de faire venir un autre en plus alors que le club était ric-rac. Ce n’est pas pour changer les pommeaux de douche ou la couleur des sièges ». C’est con, on est sûr que certains fans seraient prêts à payer pour ça.